L′« évêque rouge » et le vieillard despote | Vu d′Allemagne | DW | 22.04.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'« évêque rouge » et le vieillard despote

A la une des journaux: Fernando Lugo, l'ancien evêque et nouveau président du Paraguay ainsi que la position de la France et de l’Allemagne face à la Chine, à moins de quatre mois des JO.

(FILES) Picture dated 11 January 2008 shows Catholic former bishop Fernando Lugo gesturing during an event in a hotel in Asuncion, Paraguay. Centre-left candidate Fernando Lugo, a former Roman Catholic bishop, won a historic election 20 April 2008 in Paraguay, according to exit poll results released after the end of voting. If confirmed by official results, LugoÑs triumph would oust the conservative Partido Colorado, which has ruled uninterrupted for 61 years including more than 30 years under dictator Alfredo Stroessner. EPA/Andres Cristaldo +++(c) dpa - Bildfunk+++

Fernando Lugo, nouveau président du Paraguay

Avec le théologien de la libération Fernando Lugo, un homme de gauche a à nouveau remporté une victoire électorale fracassante en Amérique latine. La Tageszeitung commente la victoire de l'ancien évêque à la présidentielle du Paraguay. Les médias jouent le jeu de devinette bien connu : A quel point l' « évêque rouge » est-il rouge ? Quel rapport entretient-il avec Chavez ? Est-il un populiste ? Ou bien plutôt un gentil social-démocrate ? Contre de tels préjugés, le fait que Fernando Lugo affirme que le pays continuera son propre chemin n'y fera pas grand-chose. Au lieu de ca, il renvoie au fait qu'il apporte quelque chose de nouveau, à savoir l'élément religieux.


Il n'y a pas eu de trucage des élections, comme beaucoup le redoutaient, ou de retard dans l'annonce des résultats, souligne die Welt. L'Etat contrebandier du cœur du continent sud-américain soi-disant si corrompu s'est révélé être une démocratie exemplaire. Et si on jette à nouveau un coup d'œil sur le Zimbabwe, les différences sont vraiment frappantes : là-bas le vieillard despote Mugabe n'est toujours pas prêt pour quitter le pouvoir. Son bilan est bien pire que celui du parti Colorado au Paraguay. On aurait pu faire beaucoup mieux, mais le président Duarte Frutos ne laisse pas à son successeur Fernando Lugo un pays ruiné. Au Paraguay la richesse est mal répartie mais au moins, contrairement au Zimbabwe, il y a quelque chose à répartir.


China's President Hu Jintao, left, shares a light moment with his French counterpart Nicolas Sarkozy, before dinner meeting at Diaoyutai state guesthouse in Beijing, China, Sunday, Nov. 25, 2007. Sarkozy begins a three day-state visit in China. (AP Photo/Eric Feferberg, Pool)

Hu Jintao et Nicolas Sarkozy à Pékin le 25 novembre 2007

Les droits de l'homme ou bien les affaires ? Le président français n'a pas de position claire vis-à-vis de la Chine, selon la Süddeutsche Zeitung. Son prédécesseur entretenait une relation euphorique avec l'extrême orient. Le marché chinois était si important pour Jacques Chirac, qu'il n'hésitait pas à faire des courbettes. Nicolas en a profité. En Novembre il a vendu deux réacteurs nucléaires et 160 Airbus au chef d'Etat Hu Jintao. Heureusement qu'il n'était pas encore question d'un boycott des JO. Le président français ira t-il à la cérémonie d'ouverture ? Il laisse la question encore en suspens. Le parcours de la flamme à travers Paris s'est transformé, selon le point de vue, en farce ou en catastrophe. Lorsque qu'en Chine on manifeste contre la France, cela peut être les prémices d'une crise durable. Ou bien la tentative de renforcer la pression. Au début de son mandat Nicolas Sarkozy promettait le retour de la morale dans la politique étrangère. Il n'en n'a pas laissé voir grand-chose dans ses rapports avec l'empire du Milieu. Concernant le Tibet, sa jeune secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Rama Yade, se montre plus déterminée que lui.


Die Fahnen von Deutschland und China (M) hängen während der Eröffnungsfeier für die neue Frachtflugverbindung zwischen den beiden Ländern am 24.09.2007 in Parchim vor der Bühne. Vom Flughafen Parchim soll eine regelmäßige Frachtverbindung nach China aufgebaut werden. Die Frachtfirma LinkGlobal hatte den defizitären Flugplatz südöstlich von Schwerin im Mai vom Landkreis gekauft und wird künftig regelmäßig auf der Route zwischen der zentralchinesischen Stadt Zhengzhou (Provinz Henan) und Parchim fliegen. Das Unternehmen hat eigenen Angaben zufolge rund 100 Millionen Euro für den Flughafen bezahlt. LinkGlobal ist das erste chinesische Unternehmen, das die Betriebserlaubnis für einen europäischen Flughafen erworben hat. Foto: Jens Büttner +++(c) dpa - Report+++

Et qu'en est-il des relations entre l'Allemagne et la Chine ? Certes les exigences allemandes sont acceptées du côté chinois, mais cela ne reste souvent qu'une façade, d'après la Frankfurter Allgemeine Zeitung. La réalité est tout autre. Pour que cela change, il faut toutefois poursuivre le dialogue. Car la mise en place d'un Etat de droit en Chine est dans l'intérêt de l'Allemagne. Aborder les points de désaccord fait partie du dialogue.

  • Date 22.04.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/DmNg
  • Date 22.04.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/DmNg
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !