L′écrivain Navid Kermani craint une guerre en Iran | International | DW | 15.05.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

L'écrivain Navid Kermani craint une guerre en Iran

Navid Kermani explique les répercussions qu'un abandon de l'accord de 2015 sur le nucléaire pourrait avoir sur la société iranienne et les violences aux Proche- et Moyen-Orient.

Au-delà des tentatives européennes pour sauver coûte que coûte l'accord passé en 2015 sur le programme nucléaire iranien, l'écrivain et orientaliste d'origine iranienne Navid Kermani a fait part de son inquiétude à nos confrères du Deutschlandfunkde voir sombrer l'Iran et toute la sous-région dans le chaos et la violence.

Tabiat Bridge wins Aga Khan Award for Architecture (picture-alliance/dpa/A. Taherkenareh)

Les femmes iraniennes aussi sont plus sûres d'elles qu'avant 2015, dit Navid Kermani

Des évolutions positives visibles dans les rues de Téhéran

Navid Kermani est né en Allemagne mais il connaît bien l'Iran où il se rend régulièrement. L'écrivain a noté une évolution des mœurs à Téhéran depuis la signature de l'accord de 2015, ou plutôt suite à la reprise des relations avec l'étranger que le texte a permis. Il a ainsi vu récemment plusieurs femmes sortir non-voilées dans la rue, malgré l'interdiction.

Mais si la société iranienne s'est ouverte, Navid Kermani rappelle que le pouvoir politique reste aux mains des Gardiens de la révolution islamique de 1979.

"La situation économique est déplorable, la corruption a pris une ampleur incroyable. Les plus pauvres sont prêts à en découdre, notamment au sein des minorités ethniques. Il y a des armes partout, une grande colère et une grande agressivité se sont accumulées. Le scenario d'une évolution comme en Irak, en Syrie ou en Afghanistan est plausible."

Europäischer Rat in Brüssel | Mohammed Dschawad Sarif, Außenminister Iran & Federica Mogherini (European Union)

Les chefs de la diplomatie iranienne, Mohammad Zarif, et européenne, Federica Mogherini, aujourd'hui à Bruxelles

Une UE divisée ne peut rien

Selon l'écrivain, le pouvoir répressif tente d'étouffer la contestation populaire, mais la population craint une guerre ouverte. Une option qui n'est pas totalement irréaliste étant donné le  taux d'insatisfaction élevé.

Or l'Union européenne n'a aucune chance de pacifier la situation si elle ne surmonte pas ses propres divisions, estime Navid Kermani :

"Actuellement, je ne vois pas quelle solution peut être apportée. En plus, on a un président français qui tente d'unir l'Europe et un gouvernement allemand qui répond en faisant la moue et en essayant de couper l'herbe sous le pied de ce président français."

Or si des sanctions internationales - ne serait-ce qu'américaines - sont rétablies contre l'Iran, la situation risque d'empirer dans le pays, et les tensions de décupler. Ce qui est particulièrement dangereux selon Navid Kermani qui rappelle les deux géants ennemis sous-régionaux de l'Iran : Israël et l'Arabie Saoudite.

Une rivalité profonde qui s'exprime dans leurs soutiens respectifs à des groupes armés antagonistes actifs dans les conflits du Proche- et Moyen-Orient.

 

Navid Kermani est notamment lauréat 2015 du Prix de la Paix décerné par les éditeurs allemands.

 

Liens

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !