Jan Arendt Klingel, informaticien | Allemagne | DW | 01.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Jan Arendt Klingel, informaticien

Enfant déjà, il aimait la technique. Aujourd’hui, Jan Arendt Klingel travaille pour le département Gestion des risques IT de BMW : l'informaticien protège son entreprise de l’espionnage industriel.

default

Jan Arendt Klingel

Le réveil sonne à six heures du matin. Jan Arendt Klingel n’aime pas se lever tôt, mais c’est la seule manière pour lui d’éviter les embouteillages matinaux tout autour de Munich. Tous les jours, il prépare le petit-déjeuner pour ses deux enfants, Jannik (12 ans) et Marvin (9 ans). « Nous ne sommes pas difficiles, nous nous contentons de muesli », dit le père de famille.

Gesichter Deutschlands JaKlP5

Le siège de BMW à Munich

Lutter contre la cybercriminalité

Depuis 2007, Jan Klingel travaille au département Gestion des risques informatiques du constructeur de voitures BMW. Avec ses quatre collègues, il définit les directives de sécurité pour l’ensemble du groupe BMW. Ces règles doivent être respectées par les collaborateurs du groupe du monde entier, surtout pour ce qui concerne les données confidentielles. En coopération avec l’administration judiciaire, son équipe contribue également à la réalisation d’enquêtes externes et internes. « La criminalité augmente. Le commerce de données individuelles ou de données de développement issues de l’entreprise permet de gagner beaucoup d’argent. Notre responsabilité est donc encore accrue de protéger ces informations de manière adéquate », explique Jan Klingel.

Le quadragénaire ne connaît pas la routine. Dans le secteur de la gestion des risques informatiques, on en apprend tous les jours : « Il n’existe pas de voie toute tracée. Les modifications sont permanentes et nous devons nous améliorer sans cesse. De nouveaux défis naissent tous les jours, de nouvelles impulsions que nous devons traiter. » Avec ses collègues, il occupe un bureau bien éclairé. Ici, peu de bruit, tout le monde est concentré, sauf en cas de conférence, d’appels téléphoniques ou de vidéoconférence. Afin de toujours savoir ce qui se passe chez BMW, Jan Klingel est souvent en déplacement pour discuter avec des collègues d’autres départements de protection des données et des défauts de sécurité.

Avec dix caisses et un bébé aux USA

Gesichter Deutschlands JaKLF2

Jan Klingel et son épouse Suzanne

Dès l'adolescence, Jan Klingel sait qu’il travaillera un jour dans l’univers de l’informatique. Peu après ses études d’informatique appliquée et de mathématique à Fulda, il tombe sur une belle occasion. Une entreprise auprès de laquelle il avait effectué un stage pratique lui propose un emploi d'expert IT à Detroit, dans le Michigan. Pour lui et sa femme Suzanne, le saut de l'autre côté de l’Atlantique a été un changement radical. D’autant qu’ils venaient tout juste d’avoir leur premier fils.

« Nous avons emballé tout ce que nous possédions dans une dizaine de caisses et nous sommes partis en Amérique, se souvient Jan Klingel. Au début, cela a été difficile pour nous. Nous devions tout faire nous-mêmes, à commencer par l’assurance-maladie pour finir au permis de conduire. Tout ça en anglais bien sûr, une langue que nous ne maîtrisions pas vraiment. » Cela a été une période pénible pour la jeune famille, mais aussi un lourd défi professionnel à relever : « Nous avons énormément appris. J’ai commencé comme manager IT, je devais m’occuper de tas de choses différentes, du plus petit au plus gros problème, il a fallu que je fasse tout moi-même ».

De Detroit à Munich

Gesichter Deutschlands JaKlP4

Souvenir d'Amérique...

Au bout de trois ans et demi à Detroit, Jan Klingel postule auprès de BMW, en Allemagne. Invité à New York, il est embauché suite à un entretien vidéo : « On m’a proposé un emploi dans lequel il s’agissait de relier entre eux les réseaux informatiques des différents sites internationaux de BMW ». Par la suite, il a été deux fois encore en Amérique ; la dernière fois, BMW l’a envoyé en Caroline du Sud pour trois ans.

Aujourd’hui, il habite avec sa femme et ses deux fils à Inning. C’est un lieu de villégiature apprécié en Bavière, situé de manière idéale entre les deux lacs du Wörthersee et de l’Ammersee. Lorsqu’il fait beau, il peut admirer depuis sa maison un panorama impressionnant sur les Alpes bavaroises. Mais cet univers idyllique a son prix : le trajet quotidien vers Munich fait tout de même 86 kilomètres aller-retour.

Malgré tout, Jan Klingel n’a pas oublié l’étranger. Il pense souvent à ces années passées aux USA. C’est là qu’il a appris des valeurs comme la tolérance et l’ouverture d’esprit. Et il veut transmettre ces valeurs à ses fils. C’est un peu aussi pour cela que Jan Klingel rêve encore de repartir à l’étranger. Cette fois, sa préférence va à l’Amérique latine, surtout au Brésil.

Auteur : Eva Usi
Traduction : Christophe Lascombes
Edition : Anne Le Touzé

La rédaction vous recommande

Liens