Inondations à Dakar : les sinistrés dans le désarroi | Afrique | DW | 03.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Inondations à Dakar : les sinistrés dans le désarroi

Après les fortes précipitations au Sénégal, certains quartiers de la capitale sont inondés. À Grand-Yoff, les habitants luttent pour évacuer l'eau avec les moyens du bord.

Après une matinée pluvieuse à Dakar, ce n'est pas le beau temps à Grand-Yoff, un des quartiers de la capitale sénégalaise.

Nous sommes à quelques encablures du canal d'évacuation des eaux pluviales. A chaque fois qu'il déborde de son lit, l'eau s'invite dans les maisons avoisinantes. Chez les Balde, trois personnes sont occupées à évacuer les eaux de la cour de la maison.

Pour Ibrahima, le chef de famille malgré les dispositions prises le pire est arrivé. « Nous nous sommes préparés mais les eaux ont littéralement démoli certains murs de la maison. Des voisins se sont joints à nous pour nous aider à les évacuer » a-t-il déclaré.

Depuis trois jours, le rez-de-chaussée est inondé, contraignant les habitants à s'entasser au premier étage. Daouda raconte son calvaire : « elle passe par nos fenêtres, par les portes principales. Moi, actuellement, j'habite au rez-de-chaussée mais j'ai déménagé. J'habite maintenant au premier avec ma famille. L'eau est dans nos propres maisons ».

 

Rien n'a été épargné par l'inondation

Matelas, habits, nourriture, tout a pris eau. Binta, l'épouse d'Ibrahim est désemparée : « toutes les huit chambres sont inondées. Nous avons presque tout perdu. Pas de quoi porter, ni à manger. Nous nous en remettons au Seigneur mais c'est difficile » affirme-t-elle.

 

Des autorités municipales indifférentes

Lass Badiane est conseiller à la Mairie de Grand-Yoff. Il déplore l'inaction de la municipalité : « il y plus de deux cent millions réservés pour des secours aux sinistrés mais malheureusement, il n'y a aucune autorité municipale qui soit allée soulager les populations. Le Maire en personne ne s'est même pas déplacé. Ces populations sont laissées à elles-mêmes », se désole Lass badiane.

Dans ce quartier, il est difficile de se déplacer. Noumankang Keita, guinéen de passage à Dakar, peine à vaquer à ses occupations : « toutes les routes sont remplies d'eau, ce n'est pas facile de passer... il y a la boue devant les portes, ce n'est pas facile. Piétiner la boue jusque dans les maisons, c'est gênant ».

En attendant une réaction salutaire de la part de la municipalité, les populations de Grand-Yoff, à l'instars d'autres quartiers de Dakar vivent dans la hantise de nouvelles inondations.