Indépendance du Sud-Soudan : J - 4 | Coupe du monde de football 2018 | DW | 05.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Indépendance du Sud-Soudan : J - 4

La plus jeune nation du monde proclamera son indépendance le 9 juillet. Beaucoup de problèmes ne sont toujours pas réglés. Les deux parties ont convenu de poursuivre leurs négociations après la sécession du Sud-Soudan

default

Rien n'est sorti de la réunion organisée lundi à Addis Abeba par l'IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de l'est) pour tenter de rapprocher les présidents Omar El-Béchir et Salva Kiir. La pression internationale pourtant était forte, en particulier celle des Etats-Unis. L'envoyé spécial américain pour le Soudan, avait fait le déplacement dans la capitale éthiopienne pour appuyer les discussions et surtout plaider en faveur d'un cessez-le-feu dans l'Etat du Kordofan sud. Des combats y font rage depuis un mois entre les forces nordistes et la branche Nord des ex-rebelles sudistes du SPLM. Le Kordofan-Sud, qui appartient donc au Nord-Soudan, est à la lisière du Sud-Soudan. Il abrite des populations à la fois noires, les Dinka et les Nuba, et arabes. Pendant la guerre civile les Nuba et les Dinka ont combattu aux cotés du Sud. D'où la méfiance qu'ils inspirent à Khartoum. Khalid Abdu Dahab, un Soudanais du nord, et membre du parlement panafricain:

Südsudan Vielfalt der Kulturen

Le Sud-Soudan abrite une grande diversité d'ethnies et de cultures

"Le problème, c'est celui des différences culturelles, celui d'une région qui est restée longtemps sous-dévelopeée. Il y a aussi un problème ethnique. Les Nuba, qui sont majoritaires dans cette région, ont leurs propres besoins et exigences. Ils ont été jusqu'à présent négligés, C'est pourquoi il ne faut pas confondre le problème du Kordofan sud avec celui d'Abyei, région contestée entre le Nord et le Sud.

Un accord cadre signé fin juin entre le nord et le sud prévoit l'intégration dans l'armée nord-soudanaise des combattants du SPLM présents au Kordofan sud. Mais la paix est encore lointaine. Khalid Abdu Dahab n'est pas optimiste:

"Les gens ont cru pouvoir échanger la partition du Soudan contre la paix. Le Sud deviendrait indépendant et la paix arriverait automatiquement. Malheureusement la situation semble évoluer différemment. Nous avons perdu une partie du Soudan et nous n'avons pas la paix. C'est dangereux."

Et il y a tout lieu de craindre que le Kordofan Sud, l'unique Etat pétrolier du Nord-Soudan, reste un abcès sanglant entre les deux Etats soudanais.

Auteur : Marie-Ange Pioerron
Edition : Fréjus Quenum

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité