Impeachment contre campagne électorale | Vu d′Allemagne | DW | 11.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Impeachment contre campagne électorale

Le calendrier est compliqué pour les démocrates américains qui accélèrent la cadence au Congrès contre Donald Trump.

La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi s'apprête à annoncer les chefs d'accusation.

La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi s'apprête à annoncer les chefs d'accusation.

Dans la procédure d'impeachment, les démocrates ont retenu mardi 10 décembre deux chefs d'accusation contre Donald Trump dans l'affaire ukrainienne : l'abus de pouvoir et l'entrave à la justice.

La chambre des représentants peut donc passer au vote avant Noel et selon toute vraisemblance, Donald Trump va devenir le troisième président de l'histoire du pays mis en accusation par le Congrès.

"On ferme les yeux, et on y va" : la Süddeutsche Zeitung, qui ne porte pas vraiment le président américain dans son cœur, commence néanmoins à questionner la stratégie des démocrates. "Prennent-ils encore la procédure d'impeachment au sérieux", demande le journal ? Car certes, les témoins devant le congrès ont livré des témoignages "accablants" pour Donald Trump, mais "ce que le président a effectivement ordonné et à qui est loin d'avoir été élucidé dans cette affaire de l'Ukraine."

Donald Trump est protégé par les républicains au Sénat.

Donald Trump est protégé par les républicains au Sénat.

En finir avec l'impeachment

Pour la SZ, il semble que les démocrates veulent désormais rapidement en finir avec l'impeachment qui n'a de toutes les façons quasiment aucune chance d'être voté par le Sénat à majorité républicaine. D'autant qu'ils n'ont pas réussi à convaincre "une majorité solide de la population" de se retourner contre Trump. "Au lieu de cela, l'impeachment plane comme un nuage noir au-dessus de la bataille électorale des primaires démocrates."

Pour la Frankfurter Allgmeine Zeitung aussi, "les prochains temps vont être difficiles pour les démocrates américains", car "la polarisation et l'agitation" ne vont faire que se renforcer par le choc entre l'impeachment et la campagne électorale.  

Mais c'est un prix à payer pour sauvegarder les institutions, estime le quotidien. "Il est normal que cette procédure soit conduite dans les règles de la Constitution, au vu des résultats de l'enquête préliminaire qui a montré la tentative de faire chanter le pouvoir ukrainien". La FAZ conclut : "personne n'est au-dessus de la loi".

Emmanuel Macron s'enlise

D'un président à l'autre : en France "des centaines de milliers de personnes ont à nouveau manifesté contre le projet de réforme des retraites". La Tageszeitung nous livre son analyse ce mercredi. "La pression demeure" sur Emmanuel Macron. Pour le journal "on compare souvent la France à une cocotte-minute. Quand la pression monte de trop, le couvercle commence à siffler, avant que tout déborde. Et en ce moment, ça bout et ça siffle fort."

Des cheminots français suivent les annonces du Premier ministre sur les retraites.

Des salariés des chemins de fer francais suivent les annonces du premier ministre sur les retraites

Peu importe les annonces de la journée, "le premier ministre Eduard Philippe va mettre du temps à réparer les dégâts causés par son gouvernement ces derniers mois. Des déclarations contradictoires, une stratégie illisible, des chemins en zigzag : la liste des erreurs est longue alors qu'il s'agit de la plus importante réforme du président francais."

Pour la TAZ, Macron risque de perdre sa crédibilité s'il revient en arrière et cette réforme des retraites a fait ressortir tous les problèmes de la France : "faible pouvoir d'achat, un service public de moins en moins performant, et un fossé entre les villes et les campagnes."