Il y a cinquante ans : Willy Brandt devient chancelier // De l′archéologie sous-marine en Grêce | Médiathèque | DW | 25.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Médiathèque

Il y a cinquante ans : Willy Brandt devient chancelier // De l'archéologie sous-marine en Grêce

Le 21 octobre 1969, Willy Brandt est élu chancelier allemand. Retour sur un mandat et un destin exceptionnels. Dans la seconde partie de ce magazine, reportage au large de l'île d'Alonissos, dans l'Ouest de la Grèce, où on compte sur l'archéologie sous-marine pour booster le tourisme.

Écouter l'audio 16:20

"Je jure de consacrer mes forces au bien du peuple allemand." Ainsi commençait, comme le veut la tradition, la prestation de serment de Willy Brandt le 21 octobre 1969, il y a cinquante ans cette semaine. À Bonn, en République fédérale d'Allemagne, l'ex-Allemagne de l'Ouest, l'homme de 56 ans, vient d'être élu chancelier. Il est alors le premier représentant du parti social-démocrate, le SPD, à être élu à ce poste depuis la fin de la guerre. Willy Brandt y deviendra une figure de la vie politique allemande. 

Engagement politique précoce

C'est sous le nom de Herbert Frahm que naît Willy Brandt en 1913, dans une famille modeste. Très tôt le jeune homme se politise. Il adhère au parti social-démocrate, le SPD, à l'âge de 16 ans. La première guerre mondiale est alors terminée, mais la seconde s'annonce déjà. Hitler arrive au pouvoir en 1933. Willy Brandt est alors déjà très actif en politique et compte parmi les opposants. Il prend la décision de fuir en Norvège et sera même déchu de la nationalité. C'est dans ces années-là qu'il troque son nom de naissance, Hebert Frahm, contre celui de Willy Brandt. 

De l'extérieur il résiste. Willy brandt travaille et publie pour la résistance de l'intérieur mais aussi pour informer à l'international, dans la revue "Allemagne invisible", par exemple. Il écrira "qu'Hitler n'est pas l'Allemagne". Et puis il fuit en Suède quand les troupes nazies envahissent la Norvège. La suite est connue : la guerre dure, avant que l'Etat nazi ne soit vaincu en 1945. 

Retour en Allemagne en 1947

Willy Brandt rentre alors définitivement en Allemagne en 1947. Il prend définitivement le nom Willy Brandt. C'est à cette période que débute la seconde période de sa carrière politique. Au parti SPD, au Bundestag ouest-allemand à Bonn. "Le jeune radical socialiste qu'il était à 20 ans s'est mué en social-démocrate pragmatique et réformiste", écrit Hélène Camarade, professeure en études germaniques. 

Politique des petits pas

Willy Brandt devient même maire de Berlin en 1957. Dans la ville symbole de la division entre bloc occidental et bloc communiste, il met alors pleinement en action sa politique d'ouverture vis-à-vis du bloc de l'Est communiste. C'est ce qu'on nommera la "politique des petits pas" : des discussions, des rencontres ... Une ouverture pour décrisper la tension entre les deux parties de la ville et les deux blocs.

Willy Brandt en 1958, devant la porte de Brandebourg en 1958, lors de ses années comme laire de la ville

Willy Brandt en 1958, devant la porte de Brandebourg en 1958, lors de ses années comme laire de la ville

"Il s'agissait de petits pas qui assouplissaient cette rigidité des relations germano-allemandes", raconte aujourd'hui Claus Peter Sick, historien, actif au Centre Marc Bloch, à Berlin, et à Paris, notamment. "Cela passait par des visites de l'autre coté du mur, quand c'était possible, pour les personnes âgées par exemple. Une sorte de flexibilité au quotidien, même si Willy Brandt ne cachait pas son opposition assez nette à la dictarure est-allemande".  

Cela paie, malgré les oppositions de certains politiques allemands à l'époque. Des accords sont signés avec l'Est. Willy Brand plaide la cause de Berlin lors de ses voyages. C'est sous sa mandature comme maire que viendra notamment le président américain Kennedy à Berlin, prononçant son fameux discours et le "Ich bin ein Berliner", "Je suis un Berlinois", en 1963. 

Maire, ministre, puis chancelier

Deux ans auparavant, en 1961, Willy Brandt avait échoué à se faire élire chancelier. Même chose en 1965. Mais en 1966 il passe de maire de Berlin au poste de ministre des Affaires étrangères. L'occasion pour lui de mettre en avant, à un niveau plus élevé, sa "politique des petits pas". Et puis en 1969 Willy Brandt accède enfin au poste de chancelier. 

Le tournant de 1969

"Il était un personnage très contesté par la partie la plus conservatrice de l'électorat allemand, en particulier par son grand adversaire rhétorique, Franz Josef Strauß, le ministre président du Land de Bavière", explique Claus Peter Sick. "On est dans le contexte de 1968, il y a une sorte de révolution intérieure, et Willy Brandt, c'est ce qui est resté, propose d''oser plus de démocratie'", détaille Claus Peter Sick. 

Au sommet du pouvoir, il poursuit le mouvement d'ouverture sur la scène internationale. Grand européen, il cherche à faire avancer la construction d'une Europe politique. Et Willy Brandt met aussi en place ce qu'on nommera plus tard l'Ostpolitik, la politique de l'Est. "C'était une politique d'ouverture qui a eu des effets au quotidien, une véritable révolution extrêmement contestée à l'époque par la droite politique en Allemagne", rappelle Claus Peter Sick.

Ce rapprochement avec les régimes est-européens est reproché parfois à Willy Brandt, on l'accuse de "légaliser" le régime communiste est-allemand. "C'était une politique contestée mais elle a eu des effets positifs dans la vie de tous les jours pour les Allemands et cela a mené à la reconnaissance du régime est-allemand, la RDA, par des Etats comme la France, l'Angletterre ou les Etats-Unis. Il y a eu une époque ou la RDA était membre des Nations-unies", poursuit Claus Peter Sick.

Willy Brandt avec le dirigeant communiste Léonid Brejnev en 1973

Willy Brandt avec le dirigeant communiste Léonid Brejnev en 1973

Réformes intérieures en Allemagne

Une politique pour laquelle Willy brandt recevra d'ailleurs le prix Nobel de la Paix en 1971. De quoi faire parfois oublier, dans les livres d'histoire, les évolutions de la société allemande pendant les années Brandt. Car, au plan intérieur, de nombreuses réformes internes auront de répercussions sur le long terme.

Loi sur le divorce, sur l'égalité homme-femme dans le couple, constructions de lycées, développement des universités, décriminalisation de l'adultère et de l'homosexualité ... Tout cela se passe sous sa mandature, même si ça provoque des débats politiques et sociétaux très agités qui sont restés dans les mémoires. Willy Brandt a même failli y perdre son poste. C'est sous son mandat aussi, à la fin, que la majorité légale est abaissée à 18 ans. 

Scandale d'espionnage

Malgré ces avancées, Willy Brandt est contraint de se retirer de la chancellerie en 1974, pris dans un scandale d'espionnage. L'un de ses conseillers, Günter Guillaume, se révèle en effet être un espion de la RDA, l'Allemagne de l'Est ! C'est un scandale en République fédérale. Willy Brandt démissionne et sera remplacé par Helmut Schmidt une semaine plus tard. 

Le désormais ancien chancelier travaillera plus tard pour la Banque mondiale, sera membre du Parlement européen et président de l'Internationale socialiste jusqu'en 1992, année où il meurt à 78 ans. 

Aujourd'hui spécialistes politiques ou historiens évoquent toujours un personnage historique dans l'histoire de l'Allemagne. "Celui qui a donné un nouveau départ au pays", "celui sans qui la réunification n'aurait pas été possible", "le grand porteur d'espoir qui a initié le changement dans la politique mondiale et réconcilié les Allemands avec leur histoire". Dans son parti le SPD il reste aussi la figure, qu'on envie souvent. 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Archéologie sous-marine en Grèce

L'archipel des Sporades septentrionales se situe en mer Égée, en Grèce

L'archipel des Sporades septentrionales se situe en mer Égée, en Grèce

Dans la seconde partie de Vu d'Allemagne, nous prenons la direction de l'île d'Alonissos dans l'Ouest de la Grèce en Mer Égée. C'est au large de cette île qu'il est possible de visiter une épave vieille de 2500 ans ! De l'archéologie moderne, sous l'eau et accessible aussi à tous, même sans se mouiller et enfiler un masque à oxygène ... Une expérience inoubliable et dont espèrent bien profiter les populations locales. Reportage au son de la mer de Thomas Jacobi.

Retrouvez tous les numéros du magazine Vu d'Allemagne dans la médiathèque ou abonnez-vous au podcast !