Il y a 50 ans, My Lai au Vietnam | International | DW | 16.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Il y a 50 ans, My Lai au Vietnam

Ce jour là, le 16 mars 1968, des militaires américains ouvrent le feu sur plus de 500 villageois en majorité des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Parmi les moments et les images forts de la guerre du Vietnam qui sont restées gravées dans la mémoire collective des États-Unis et de l'Occident, on peut citer l'offensive du Têt ou encore l'évacuation des troupes américaines depuis le toit d'un immeuble à Saïgon, dans les derniers jours de la guerre. 

Quand on évoque le conflit vietnamien, il y aussi la photo de la jeune fille hurlant le long d'une route après avoir été brûlée au napalm. A l'époque, une guerre oppose le Sud du pays soutenu par les Etats-Unis, au Nord communiste dirigé par Hô Chi Minh. 

Et puis il y a aussi le 16 mars 1968, quand une compagnie de soldats américains pénètre dans une zone densément peuplée de la côte du Sud-Vietnam avec pour instruction de lancer un assaut contre les combattants du Viet Cong. "Je pense que le peuple américain en 1968 a vraiment perdu confiance dans l'armée en tant qu'institution après My Lai. Et cela a vraiment fait mal. Si l'armée veut regagner la confiance du peuple américain, nous devons nous assurer qu'il n'y aura jamais un autre crime de guerre comme My Lai, où les Américains ont tué au moins 350 civils vietnamiens non armés et sans résistance. Comment allons-nous faire cela?", s'est interrogé Fred Borch, historien de l'armée américaine sur les GIs qui ont massacré des femmes, des hommes âgés et des enfants.

Le mensonge de l'armée américaine

L'armée américaine a tenté de dissimuler le massacre de My Lai. Mais une année plus tard, le journaliste Seymour Hersh révèle les faits en donnant la parole aux soldats impliqués qui expliquent l'étendue des crimes commis pendant la guerre.  

Pour Anthony Cordesman, titulaire de la chaire Arleigh Burke au Centre d'études stratégiques et internationales de Washington, le massacre de My Lai a contribué à pousser l'armée vers une supervision légale de ses opérations. "Je pense que le fait de savoir que vous pouvez avoir ce genre d'incident est quelque chose que tout le monde dans l'armée comprend. Mais le fait que nous ayons eu un cas aussi avéré et clair, dans lequel une unité de combat américaine a attaqué des civils vietnamiens sans motif, est certainement quelque chose qui a eu un impact."

Selon Anthony Cordesman, "l'armée américaine s'est métamorphosée au cours des 50 dernières années avec l'intégration des avocats dans les opérations militaires à tous les niveaux afin que les commandants, lorsqu'ils se déploient, aient des conseils juridiques avec eux."

Il y a 50 ans My Lai

Les Vietnamiens célèbrent tous les ans My Lai

Le Vietnam a officiellement pardonné

Côté vietnamien, malgré les trois millions de morts durant la guerre, le souvenir du massacre semble bien loin dans l'esprit de la plupart des jeunes.

Cette année, le gouvernement communiste a commémoré les 50 ans du massacre sur le site du mémorial, où avaient été invités des vétérans américains. Le Vietnam a fait la paix avec l'ancien ennemi mais sans oublier tout à fait My Lai.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !