Hong Kong : les manifestants refusent de céder | International | DW | 19.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Hong Kong : les manifestants refusent de céder

Des dizaines de manifestants pro-démocratie retranchés depuis ce week-end à l'Université polytechnique de Hong Kong continuent de braver les appels des autorités à se rendre et les menaces d'intervention de Pékin.

Manifestation à Hong Kong le 18 novembre

Manifestation à Hong Kong le 18 novembre

"Laissez-moi vous dire ceci : vous pouvez courir mais vous ne pouvez pas courir éternellement. Tout comme la veille, lorsqu'un jeune homme que nous  avons identifié a été arrêté, les délinquants qui se sont échappés seront aussi finalement interpellés." C’est en ces termes que s’exprimait ce mardi 19 novembre au matin Kong Wing-Cheung, un des responsables de la police de Hong Kong, à propos des manifestants de l'Université polytechnique. Une fermeté et une répression contre lesquelles s’insurgent de jeunes manifestants comme Winnie, 19 ans. "Je suis vraiment en colère parce que la police est censée me protéger mais maintenant ils nous attaquent et n’assurent pas notre sécurité. C’est incroyable que cela se produise à Hong Kong" explique la jeune femme.

Les craintes de poursuites judiciaires

Manifestation à Hong Kong le 19 novembre

La police affirme avoir enregistré et arrêté 1.100 personnes sur le site de l'université

Ce mardi la police a annoncé avoir enregistré et arrêté 1.100 personnes sur le site et ses environs, précisant qu’environ 600 personnes de ce groupe, dont 400 adultes et 200 mineurs, avaient volontairement quitté le périmètre de l'université. La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Laam, a promis que les mineurs qui se rendraient ne seraient pas arrêtés.Les majeurs quant à eux sont passibles de dix ans d'emprisonnement pour participation à une émeute.

La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Laam

La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Laam, promet que les mineurs qui se rendront ne seront pas arrêtés

Une accusation que réfute Eric Cheung, professeur de droit à l’université. "Je suis ici et je n'ai entendu aucun avertissement concernant la participation à une soi-disant émeute. En fait, beaucoup de gens pourraient ne pas en avoir entendu parler, n'est-ce pas ? Donc, si la police n'a pas d'autre preuve particulière, je ne pense pas qu’il existe légalement un fondement pour des poursuites", affirme l'enseignant. Sur le terrain la police a eu recourt à des méthodes jugées brutales pour réprimer les manifestants, allant même jusqu’à les menacer de faire usage de balles réelles. Les manifestants n'ont eux pas hésité à lancer des cocktails Molotov, des briques où même tirer des flèches sur les forces de l'ordre.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !