Helsinki : une ″coalition de volontaires″ pour l′accueil des personnes secourues en mer ? | International | DW | 19.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Helsinki : une "coalition de volontaires" pour l'accueil des personnes secourues en mer ?

Helsinki, la capitale finlandaise, a abrité jeudi (18.07.19), une réunion des  ministres de l'Intérieur de l'Union européenne pour discuter de l'accueil des personnes secourues en mer.

Mais les participants à cette réunion n’ont pas pu accorder leurs violons sur un "mécanisme de solidarité" qui pourrait mettre fin à l'errance des bateaux dans la Méditerranée et secourir les migrants. 

Der italienische Innenminister und stellvertretende Ministerpräsident Matteo Salvini trifft in Helsinki, Finnland ein (picture-alliance/AP Photo/J. Nukari)

Matteo Salvini à Helsinki

Aucun consensus en raison notamment de l’opposition de l’Italie qui ne veut pas porter seule le fardeau de l’accueil des migrants.

"On peut les comprendre dans une certaine mesure. Toutes les charges ne peuvent pas se reposer sur l’Italie toute seule. Dans le même temps, les autres pays européens doivent montrer leur solidarité, quitte à trouver des solutions à long terme. Mais les migrants étant déjà aux portes de l’Europe, on ne peut pas les laissé mourir en mer. Ce serait inhumain. Je crois qu’une solution ad hoc serait que les pays européens s’entendent sur le minimum qui sera le partage des migrants qui sont déjà arrivés", a déclaré Clément Klutse, élu CDU d’origine togolaise au Parlement régional de Hambourg, dans le nord de l’Allemagne.

Présent à la rencontre d’Helsinki, le ministre fédéral de l'Intérieur allemand a déclaré soutenir l’opposition à ce projet de son homologue italien Matteo Salvini. Horst Seehofer opte même pour le rapatriement systématique des migrants. Il s'en est expliqué dans une interview à la DW.

"Nous convenons tous que ces personnes doivent être renvoyées dans leurs pays d'origine le plus rapidement possible. D'autre part, il existe des mécanismes qui sont déjà efficaces aujourd'hui, à savoir le rapatriement de la Libye vers les pays d'origine. Avec les chiffres que je connais, cela a été réalisé par environ 40 000 personnes. Nous avons les garde-côtes libyennes au large de la Libye pour mettre un terme à cet abandon incontrôlé."

Finnland | EU-Innenministertreffen | Dimitris Avramopoulos (Reuters/Lehtikuva/J. Nukari)

Dimitris Avramopoulos

Le "mécanisme de solidarité" prévoyait la répartition  "aussi vite que possible" des demandeurs dans les pays de l’UE qui font partie de la "coalition de volontaires". En contrepartie, l'Italie et Malte pourraient leur ouvrir leurs ports aux bateaux de migrants.

Enfin, la réunion d'Helsinki  a coïncidée avec la comparution devant un tribunal sicilien de l’Allemande Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch 3. Elle est poursuivie pour avoir accosté de force  ce bateau pour faire débarquer des migrants dans le sud de l'Italie.

Et après deux heures d'audition, Carola Rackete a exhorté l'Union européenne à mettre en place un mécanisme d'accueil et de répartition des migrants pour éviter de nouveaux blocages.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !