Mahamat Saleh Annadif : ″la durée de la transition dépend des Guinéens″ | Afrique | DW | 14.09.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Mahamat Saleh Annadif : "la durée de la transition dépend des Guinéens"

Mahamat Saleh Annadif, l'émissaire de l'Onu pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, s'est rendu à Conakry. Le pays s'apprête à ouvrir un dialogue politique.

Sydia Touré, Lansana Kouyaté et Cellou Dalein Diallo, trois des leaders de l'opposition guinéenne

Sydia Touré, Lansana Kouyaté et Cellou Dalein Diallo, trois des leaders de l'opposition guinéenne

Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial d'Antonio Guterres pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, était ce lundi (13.09.2021), à Conakry où il a rencontré les nouvelles autorités du pays.

Il a déclaré devant des journalistes que les Nations unies n'avaient pas d'exigence quant à la durée de la transition  après le coup d'Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé le 5 septembre.

"Non, la durée, sera celle que décideront les Guinéens eux-mêmes", a-t-il dit au cours de cette visite d'une journée dédiée à la crise guinéenne. "Jusque là, nous avons dit que nous voulions une durée raisonnable, mais la durée raisonnable dépend des Guinéens eux-mêmes", dit Mahamat Saleh Annadif.

Les militaires ont pris le pouvoir après avoir renversé Alpha Condé

Les militaires ont pris le pouvoir après avoir renversé Alpha Condé

Lire aussi →Guinée : l'opposant Sidya Touré dit faire confiance aux putschistes

Alpha Condé va bien

Il a rappelé que les Nations unies avaient condamné le putsch et réclamé la libération de l'ex-président Alpha Condé. Mais, elles ont aussi "manifesté leur intention d'accompagner la Guinée pour sortir de la crise".

Mahamat Saleh Annadif a dit avoir vu Alpha Condé, le président déchu. "Nous nous sommes assuré de sa sécurité et sa santé, il se porte bien", estime Mahamat Saleh Annadif.

Alpha Condé se porte bien selon le représentant de l'Onu

Alpha Condé se porte bien selon le représentant de l'Onu

Inquiétudes sur le retour des coups d'Etat

Mahamat Saleh Annadif a rencontré le chef de la junte, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, des chefs de parti et des diplomates.

Sa visite avait lieu la veille de l'ouverture d'une concertation entre les militaires et les forces politiques, la société civile ou les représentants des compagnies minières pour préparer la transition et la formation d'un gouvernement.

Écouter l'audio 00:50

"La durée de la transition dépend des Guinéens eux-mêmes", Mahamat Saleh Annadif (représentant spécial de l'ONU)

Lire aussi →Guinée : un numéro vert pour dénoncer certains abus

Le représentant spécial d'Antonio Guterres pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel a exprimé son inquiétude sur la succession des faits accomplis militaires en Afrique en un an, au Mali, au Tchad et à présent en Guinée.

"C'est un phénomène inquiétant, qu'on peut interpréter par un recul démocratique, et les Africains sont interpellés - les responsables africains en tout cas - sont interpellés pour voir (ce) qui fait qu'il y a cette recrudescence des coups d'Etat. C'est une question qui est à poser à tous les partenaires de l'Afrique et à tous les Africains", dit Mahamat Saleh Annadif.

La délégation de la Cédéao avec les militaires, à Conakry, le 10 septembre 2021

La délégation de la Cédéao avec les militaires, à Conakry, le 10 septembre 2021

Lire aussi →"La victoire sur la dictature" selon Cellou Dalein Diallo

Concertations nationales

Les militaires qui ont pris le pouvoir après avoir renversé le président Alpha Condé, le 5 septembre dernier, préparent la transition avec l'ouverture ce mardi (14.09.2021), d'une série de concertations avec les forces vives du pays.

Pour cette première journée, ils échangeront avec les chefs des partis politiques, puis ceux des confessions religieuses.

Mercredi, ils seront avec les organisations de la société civile, puis les représentations diplomatiques. Jeudi ce sera au tour des patrons des compagnies minières puis les organisations patronales. Enfin, vendredi, les banques et les syndicats.

Lire aussi →
Les militaires africains et les coups d'Etat