Guinée: une enquête sur fond de multiples interrogations | Afrique | DW | 19.01.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Guinée: une enquête sur fond de multiples interrogations

L'ouverture d'une enquête sur les crimes présumés commis sous la présidence Alpha Condé est saluée mais certains déplorent le départ de l'ancien président guinéen au même moment.

L'ex président Alpha Condé en route pour Abu Dhabi.

L'ex président Alpha Condé en route pour Abu Dhabi.

Alpha Condé, le président guinéen renversé par un putsch militaire, est  depuis lundi aux Emirats Arabes Unis. Officiellement, il doit y suivre des examens médicaux. Alpha Condé, 83 ans, a été autorisé à quitter la Guinée alors même que la justice vient d'ordonner l'ouverture d'une enquête sur les crimes présumés commis sous sa présidence.

Lire aussi: Alpha Condé en exil médical, la date de son retour inconnue

 Des interrogations

Répression d'une manifestation en 2020 à Conakry en Guinée.

Répression d'une manifestation en 2020 à Conakry en Guinée.

L'enquête ordonnée par le  procureur général de la Cour d'appel de Conakry doit faire la lumière sur les crimes commis de 2010 à 2021. Cette période correspond aux 11 ans que le président déchu le 5 septembre dernier a passés au pouvoir.

Lire aussi: Guinée: les autorités de la transition discutent avec la classe politique

L'opposition salue l'ouverture de cette enquête. Elle dit avoir dénombré dans ses rangs plus de 90 victimes: des personnes qui auraient été tuées dans la repression des manifestations contre le 3e mandat d'Alpha Condé.

Ecoutez les précisions de Georges Ibrahim Tounkara

L'Organisation guinéenne de défense des droits de l'Homme et du citoyen (OGDH) se pose pour sa part des questions. "Pourquoi l'annonce de cette enquête coïncide-telle avec le départ d'Alpha Condé pour l'étranger?" C'est ce que se demande Amadou DS Bah vice-président de l'OGDH.

Lire aussi: Les Guinéens entre espoir et méfiance face à la junte

Pas de "chasse aux sorcières"

Sur la table des autorités judiciaires guinéennes deux grands dossiers : les crimes attribués donc à Alpha Condé et ceux de septembre 2009.

L'OGDH n'exclut pas de s'en remettre à la justice internationale en cas de défaillance de la Guinée sur ces dossiers, selon  Amadou DS Bah de l'OGDH. Pour le colonel Mamady Doumbouya, président de la transition guinéenne, il n'y aura pas de "chasse aux sorcières" mais la lutte contre l'impunité sera la "boussole" du pays.