Guinée : les sanctions de la Cédéao jugées trop sévères | Afrique | DW | 17.09.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Guinée : les sanctions de la Cédéao jugées trop sévères

La Cédéao continue de mettre la pression sur les militaires qui ont pris le pouvoir en Guinée.

Les présidents du Ghana et de Côte d’Ivoire sont arrivés ce vendredi (17.09) à Conakry. Les deux chefs d'Etats en tête de la la délégation de la Cédéao ont été reçus par le chef de la juente, le colonel Mamady Doumbouya. Cette mission et les militaires ont discuté des conclusions des sanctions prises la veille à Accra, lors d'un sommet extraordinaire de la Cédéao. Les présidents Gahnéens et Ivoiriens ont pu rencontrer le préisent Alpha Condé à Conakry. 

Les dirigeants de la Cédéao ont "décidé" jeudi "la tenue, dans un délai de six mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l'ordre constitutionnel" en Guinée.

Ecoutez ci-dessous la réaction de l'ancien Ministre guinéen des Finances, Ousmane Doré qui réagit aux sanctions de la Cédéao : 

Écouter l'audio 02:10

Ecoutez Ousmane Doré - Partie 1

Dans la seconde partie de notre entretien, (diffusion prévue le 20.09), Ousmane Doré s'exprimera sur de possibles sanctions économiques et financières sur les recettes douanières du pays. L'ancien ministre guinéen des Finances et ancien fonctionnaire du Fonds monétaire international (FMI) estime qu'il sera difficile pour la Cédéao d'étouffer la Guinée par des sanctions financières.