Guinée-Bissau : le parti au pouvoir en quête d′une majorité absolue au Parlement | Afrique | DW | 14.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Guinée-Bissau : le parti au pouvoir en quête d'une majorité absolue au Parlement

Le PAIGC au pouvoir a obtenu la majorité des sièges lors des élections législatives du 10 mars. Il a entamé des négociations avec ses alliés en vue d’obtenir la majorité absolue dans la nouvelle Assemblée nationale.

Écouter l'audio 02:09

"Nous allons rassembler les Bissau-Guinéens" (Joao Bernardo Vieira II-PAIGC)

En attendant la proclamation des résultats définitifs par la Commission nationale électorale, les résultats provisoires des dernières élections législatives en Guinée-Bissau consacrent la victoire du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) qui a obtenu 47 sièges sur 102, soit 46,1 % des voix.

Or, pour obtenir la majorité absolue, le parti doit obtenir quatre députés supplémentaires. "Nous avons des accords avec APU-PDGB de Nuno Gomes Nabiam, assure Joao Bernardo Vieira II, le porte-parole du PAIGC. C’est un parti qui a cinq députés. Nous avons des accords avec d'autres partis. Nous aurons 54 députés au Parlement. Donc c'est la majorité qui va nous permettre de faire approuver le programme du gouvernement et le budget de l'Etat. Nous avons beaucoup de travail devant nous. Ce n'est que le premier pas pour faire avancer les choses. C'est à nous maintenant de rassembler les Bissau-Guinéens pour qu'on puisse tous participer au développement du pays".


Opposition parlementaire

Si l’on s’en tient aux résultats provisoires proclamés par la Commission nationale des élections, c’est le Madem-G15 (composé de dissidents du parti au pouvoir, ndlr) qui sera la deuxième force politique à l’Assemblée nationale, après le PAIGC et suivi du Parti pour la rénovation sociale (PRS), réputé proche d'une partie de la hiérarchie militaire.

Beaucoup d’observateurs espèrent que l’installation prochaine de l’Assemblée nationale pourrait apaiser le climat politique de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest habitué aux putschs militaires.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !