1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
PolitiqueRoyaume-Uni

Royaume-Uni : écrasante victoire du parti travailliste

Ali Farhat avec AFP
5 juillet 2024

Le Labour a mis fin à 14 ans de pouvoir conservateur. Keir Starmer succède à Rishi Sunak au poste de Premier ministre. Une victoire saluée par l'Union européenne.

https://p.dw.com/p/4hx5z
Keir Starmer
Keir Starmer est le nouveau locataire du 10 Downing StreetImage : Phil Noble/REUTERS

Une victoire tout simplement écrasante. En remportant 412 sièges sur les 650 que compte la Chambre des Communes, le parti travailliste obtient la majorité absolue et pourra gouverner seul.

Une première depuis 2010, après 14 ans de gouvernements conservateurs et une succession de crises : austérité, Brexit, envolée des prix ou encore valse des Premiers ministres. 

Le nombre de sièges des Tories est passé de 365 il y a cinq ans à seulement 121, ce qui a conduit à la démission de Rishi Sunak.

Rapprocher le Royaume-Uni de l'UE

Après avoir été chargé par le roi Charles III de former un gouvernement, Keir Starmer, le nouveau Premier ministre, a promis de "reconstruire" le Royaume-Uni. 

Keir Starmer promet de transformer le pays comme il a redressé, sans états d'âme, le parti travailliste après avoir succédé au très à gauche Jeremy Corbyn en 2020, recentrant le parti sur le plan économique et luttant contre l'antisémitisme.

Le nouveau Premier ministre assure vouloir relancer la croissance, redresser les services publics, renforcer les droits des travailleurs, réduire l'immigration et rapprocher le Royaume-Uni de l'Union européenne.

Rishi Sunak
Défaite historique pour Rishi Sunak et les conservateursImage : DARREN STAPLES/AFP/Getty Images

L'UE qui s'est d'ailleurs empressée de saluer le succès du parti travailliste. "Une victoire électorale historique", a salué le président du Conseil européen, Charles Michel, dans ses félicitations au nouveau Premier ministre britannique, affirmant se réjouir de travailler avec Londres sous un gouvernement "Labour" et assurant que "des défis communs tels que la stabilité, la sécurité, l'énergie et l'immigration" seront évoqués. 

Renforcer la sécurité européenne

Une meilleure coopération en matière de défense et de sécurité est également vue des deux côtés de la Manche comme une priorité, notamment en raison de la guerre en Ukraine ou encore d'un éventuel retour de Donald Trump à la tête des Etats-Unis.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré ce vendredi avoir hâte d'oeuvrer avec Keir Starmer pour, entre autres, "renforcer la sécurité européenne". Tandis que la Première ministre estonienne Kaja Kallas, tout juste nommée cheffe de la diplomatie de l'UE, a salué "l'engagement du Royaume-Uni à notre sécurité commune". 

En revanche, la perspective de revenir dans le marché unique européen reste lointaine. Keir Starmer estime vouloir simplement que le "Brexit fonctionne". Une phrase qui n'était autre que son slogan de campagne.

 Ali Farhat, Redakteur DW Afrique
Ali Farhat Journaliste au programme francophone de la Deutsche Wellederpariser