Mamadou Boubacar Sow, histoire d’un retour au pays réussi | Afrique | DW | 19.10.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Graines d'espoir

Mamadou Boubacar Sow, histoire d’un retour au pays réussi

Après des années passées en Europe, Mamadou Boubacar Sow est rentré au Niger pour ouvrir une exploitation agricole. Il emploie aujourd’hui 15 personnes.

Cela fait sept ans que Mamadou Boubacar Sow est rentré d’Allemagne, constant que l’émigration n’avait pas été la solution à son épanouissement. Il était revenu avec la volonté d’entreprendre dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage.
"C’est dans le dernier pays dans lequel j’ai été que j’ai commencé à m’organiser pour revenir au Niger. Puisqu'on ne peut pas revenir sans projet, je suis revenu avec l’idée longuement réfléchie d’une ferme agricole", explique Mamadou.

Écouter l'audio 02:12

Ecoutez le sujet de notre correspondant au Niger...

En 2014, il décide ainsi d'investir ses revenus accumulés au pays et lance, en plus de son emploi d'instructeur des Forces de défense et de sécurité, une activité agricole dans le village de Finaré, situé à 40 km de Niamey.

Dans cette étendue de 7,5 hectares, Mamadou Boubacar Sow cultive le moringa, les arbres fruitiers, le miel, les haricots et fait du maraîchage.  
En plus de tout cela, il pratique l’élevage de caprins, ovins, bovins, oies, canards, poules, pintades, paons ou encore de lapins. Une passion qu’il avait depuis sa tendre enfance. 

Egalement dans la série "Graines d'espoir" : Kenya : la corde à sauter pour sortir de la pauvreté

15 emplois crées

Pour surmonter autant de travail, Mamadou Boubacar Sow a créé de l'emploi. 15 ouvriers, des femmes du village et son épouse, sont présents sur la ferme.

Elles travaillent à la production de la pâte d’arachide et l’extraction de l’huile de l’arachide.

"Etant fonctionnaire de l’Etat, je quitte très tôt le matin pour aller à Niamey. Il va de soi que pendant les pauses de midi, que je ne peux pas être chez moi. Après concertation avec mon épouse, nous avons décidé de créer de l’emploi dans ce secteur, dans la production de la pâte d’arachide et de l’huile d’arachide. Cela occupe pas mal de femmes ainsi que mon épouse également", raconte Mamadou.

La ferme de Finaré s'est également lancé dans l'élevage

La ferme de Finaré s'est également lancé dans l'élevage

Saisir les opportunités 

Aujourd'hui le Nigérien en est convaincu : son pays offre des opportunités à la jeunesse. C’est pourquoi il appelle la diaspora à revenir au pays pour investir :

"Il y a beaucoup à faire au Niger. Nous avons un pays merveilleux, nous avons un pays qui nous offre beaucoup d’opportunité, un pays que j’appellerai même vierge pour le moment puisque beaucoup de secteurs d’activités restent inexploités ou pas suffisamment exploités. C’est le cas de l’agriculture et de l’élevage. Avec très peu de moyens vous arriverez à atteindre des objectifs très imaginables. Je ne peux qu’encourager cette jeunesse à rentrer à la maison parce que nous avons une quiétude. Le simple fait d’être chez soi permet d’être libéré mentalement, d’être spirituellement au sein de sa famille, ses proches." 

Egalement dans la série "Graines d'espoir" : Franck Adomalékpo, artisan malgré sa cécité

En plus de l'agriculture et l'élevage, Mamadou Boubacar Sow a créé une salle de conférence de 100 places et une salle de réunion de 30 places pour des ateliers. Il a aussi construit des bungalows et un espace récréatif.