Giannis Antetokounmpo, des rues d′Athènes à la gloire en NBA | DW Sport | DW | 24.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Sport

Giannis Antetokounmpo, des rues d'Athènes à la gloire en NBA

Le basketteur grec d'origine nigériane a été élu meilleur joueur de la saison 2018/2019 en NBA. Rien ne laissait pourtant présager un tel destin, au vu de sa jeunesse compliquée dans les rues d'Athènes.

Elu meilleur joueur de la saison 2018/2019 en NBA, Giannis Antetokounmpo est passé en quelques années du statut de réfugié en Grèce à celui de superstar du basket mondial. Actuellement à Paris avec son équipe des Bucks de Milwaukee pour disputer le match annuel de championnat délocalisé en Europe, le joueur grec d'origine nigériane est au centre de toutes les attentions. A l'Accor Hotels Arena de Paris, il n'y en a que pour lui. Tous les journalistes se ruent autour de ce géant de 2m11 à la bonne humeur contagieuse.

Apatride jusqu'à 18 ans

Il faut dire que l'histoire de Giannis Antetokounmpo a tout du conte de fée.

S'il est aujourd'hui l'un des basketteurs les plus connus au monde, que des chaussures portent son nom et que son salaire s'élève à 24 millions de dollars annuels, lorsque Giannis est né, il y a 24 ans de cela dans la banlieue d'Athènes de parents nigérians ayant fui leur pays natal, il était difficile de lui prévoir un tel destin.

Apatride jusqu'à 18 ans, Giannis a grandi dans un des quartiers les plus pauvres de la capitale grecque et a régulièrement été contraint durant sa jeunesse de vendre des objets à la sauvette avec son frère aîné Thanasis.

A l'âge de 13 ans, il rentre ses premiers paniers. Son talent et son physique hors norme en font rapidement un des plus grands espoirs du pays. Le basket, sport extrêmement populaire en Grèce, lui sauve en quelque sorte la vie. 

Et si depuis son arrivée aux Etats-Unis en 2013 Giannis s'est muée en star planétaire, il n'en reste pas moins surpris d'avoir si rapidement accédé à une notoriété internationale.

"Il y a quelques années, j'ai pu venir profiter de Paris avec ma petite amie, je me suis baladé et personne ne m'a reconnu. Nous sommes allés à la Tour Eiffel, c'était super mais je ne sais pas si je pourrai le refaire à nouveau sans sécurité."

L'Afrique dans un coin de sa tête

Malgré son nouveau statut, Giannis n'en oublie pas ses racines grecques, mais aussi nigérianes.

Il arbore fièrement sur son compte Instagram les drapeaux des deux pays, et possède aussi un prénom nigérian, Ougko (Oo-goh), par lequel sa mère l'appelle toujours.

Lorsque l'Afrique est évoquée, Giannis en parle avec plaisir, conscient que son parcours peut inspirer, dans le pays de ses parents, des vocations.

Alors que la NBA vient de lancer son premier championnat sur le continent, il soutient massivement cette initiative.

"Une ligue nationale en Afrique c'est super, j'ai joué un match de gala là-bas il y a quelques années. Les gens sont excités, ils adorent le basket. J'ai hâte d'en savoir plus sur cette ligue, et j'espère qu'un jour on pourra jouer un match de saison régulière en Afrique."

En attendant de pouvoir jouer avec les Bucks sur le continent africain, Giannis devra se contenter de Paris comme escapade.

Ce soir, plus de 16 000 personnes seront dans la capitale française pour l'admirer, et certains de ses spectateurs auront payé plus de 1200 euros pour voir leur nouvelle idole de près.