Garantir l′accès aux manuscrits de Tombouctou | Afrique | DW | 06.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Garantir l'accès aux manuscrits de Tombouctou

Les conservateurs des précieux écrits conservés depuis six ans à Bamako veulent que les étudiants découvrent la richesse de ce patrimoine culturel africain.

Écouter l'audio 02:04

'Tous les manuscrits qui sont à Bamako aujourd’hui sont numérisés'

Au Mali, il y a six ans, environ 40.000 manuscrits de la bibliothèque de Tombouctou ont été transportés à Bamako pour les mettre à l'abri des djihadistes qui avaient pris le contrôle de la ville. Depuis, ces manuscrits ne sont toujours pas revenus à Tombouctou et les dirigeants de l'Institut Ahmed Baba s'efforcent de les préserver et de les numériser. Reportage.

Un patrimoine fragile

Assis au milieu de vieux livres écrits à la main, Alkamisse Cissé, responsable de la restauration et conservation des manuscrits à l'institut Ahmed Baba, tente de trouver le morceau d'un vieux manuscrit dont les pages déchirées sont cousues à l'aide d'une ficelle.

"Depuis le départ des occupants djihadistes, nous avons restauré entre 30 et 40 folio (manuscrits), nous n'avons pas d'évaluation parce que nous sommes très pris par la conservation (des manuscrits) et c'est ça qui nous empêche de commencer la restauration. Il y a même un manque de matériels pour la restauration."

En 2012, lors de l'occupation de la ville par des djihadistes liés à Al-Qaïda, environ 40.000 manuscrits ont été transportés en cachette à Bamako pour les protéger.

Voir la vidéo 02:30

Abdel Kader Haidara : le sauveteur des manuscrits de Tombouctou

La numérisation progresse

Ceux-ci se trouvent toujours dans la capitale malienne. Mohamed Diaghayaté, directeur de l'Institut Ahmed Baba, explique que les saccages de Tombouctou ont révélé l'urgence de mieux protéger ces textes anciens.

"Ça nous a permis de loger tous les manuscrits dans les boîtes pour les conserver et aussi nous en avons tiré une leçon. Il faut avoir une copie numérisée de tous ces manuscrits. Effectivement, tous ceux qui sont à Bamako aujourd'hui sont numérisés même si quelquefois, nous pensons qu'il faut améliorer la qualité de cette numérisation."

L'institut ne se limite pas au travail des manuscrits, il a aussi débuté un enseignement pour permettre l'accès aux manuscrits. Mohamed Diaghayaté.

"Depuis l'année dernière, nous avons commencé l'enseignement à Tombouctou. Il y a peu d'étudiants mais je crois que le plus important est de démarrer. Les filières d'enseignement sont au nombre de trois : la codicologie, la numérisation et la conservation. Toutes ces filières sont axées sur les manuscrits."

 

Mali Timbuktu Zerstörtes Mausoleum Alfa Moya (Getty Images/AFP/E. Feferberg)

Mausolée Alfa Moya de Tombouctou, détruit par les djihadistes en 2013

Toujours à Bamako

À cause de l'insécurité, les chercheurs étrangers ne viennent plus à Tombouctou et se limitent à Bamako.

Mohamed Shahed, chercheur de l'université de Johannesburg en Afrique du Sud.

"Je préfèrerais être à Tombouctou parce que ces manuscrits sont de Tombouctou, mais je comprends la situation et j'espère que ça va changer."

 (Getty Images/AFP/E. Feferberg)

Les jeunes Maliens doivent aussi découvrir la richesse de leur patrimoine

Mais à Tombouctou, la dizaine d'employés restée sur place se sent oubliée.

Bouya Haidara, bibliothécaire de l'institut à Tombouctou.

"Je me sens abandonné puisque j'ai ma moitié à Bamako. Je suis là, nous sommes une dizaine, tandis que de l'autre côté, à Bamako, il y a plus de 60 personnes. Donc je me sens abandonné et tant que les manuscrits ne seront pas revenus, je ne me sentirai pas à l'aise."

Mais les chercheurs de Tombouctou devront encore attendre. Le retour des manuscrits à Tombouctou n'est pas à l'ordre du jour. Il dépendra du retour de la paix au Mali.

 

Voir la vidéo 01:27

Racines d'Afrique : Ahmed Baba

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet