Gabon : des intellectuels fustigent le coût élevé des contentieux électoraux | Afrique | DW | 24.09.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Gabon : des intellectuels fustigent le coût élevé des contentieux électoraux

À moins de deux semaines des élections législatives et locales, un groupe d’intellectuels gabonais s’est insurgé contre la décision de la Cour constitutionnelle de rendre payants les contentieux électoraux.

Écouter l'audio 08:48

"Cette décision est anti-constitutionnelle" (Mays Mouissi, économiste)

Selon les signataires de cette Tribune : "Il est incompréhensible et moralement inacceptable que l'institution qui juge, en dernier ressort, de la régularité et de la validité des élections impose une sélection par l'argent des recours contentieux susceptibles d'être présentés devant elle".

Depuis le 29 juin, les recours - auparavant gratuits - sont devenus payants à la Cour constitutionnelle qui réclame désormais la somme de 5 millions de francs CFA, environ 7.623 euros à tout candidat qui souhaiterait contester une élection présidentielle et 500.000 FCFA, soit 762 euros pour une procédure concernant un député ou un sénateur. Une mesure jugée injuste et irréaliste par des intellectuels gabonais, d’autant que le salaire mensuel moyen au Gabon est estimé à d'environ 300.000 FCFA (458 euros), ajoutent les signataires de la Tribune.


Voici les explications de l’un des signataires de cette Tribune, l’économiste gabonais,  Mays Mouissi joint par Eric Topona.

Cliquez sur la photo (ci-dessus) pour écouter l’intégralité de l’interview.

Audios et vidéos sur le sujet