François Bozizé a regagné Bangui | Afrique | DW | 16.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

François Bozizé a regagné Bangui

L’ancien chef d’Etat centrafricain François Bozizé, en exil en Ouganda depuis sa chute en 2013, est rentré à Bangui. Son retour a été annoncé par Bertin Béa, Secrétaire Général de sa formation politique, le Kwa Na Kwa.

 François Bozizé est rentré au pays une semaine après l’annulation par la justice centrafricaine, d'un arrêté de 2016 interdisant aux compagnies aériennes de transporter M. Bozizé à destination de la RCA.

"C’est une réalité aujourd’hui. Je puis vous dire de la manière la plus solennelle que François Bozize se trouve bel et bien dans la capitale centrafricaine. Ce ne sont pas des ragots. Ce ne sont pas que de simples rumeurs, c’est une vérité", se rejouit Bertin Béa, Secrétaire Général du Kwa Na Kwa.

Celui-ci a ajouté que "dans les jours à venir, François Bozize prendra la parole pour s’adresser à ses compatriotes, à la presse nationale et internationale."

Mais Bertin Béa n'a toutefois pas précisé par quel moyen François Bozize a regagné Bangui. 

Réactions des Banguisois

A Bangui, ce retour est diversement apprécié par les centrafricains. Alors que certains craignent de nouvelles tensions dans le pays, d’autres comptent sur la justice pour dire le droit.

"Je ne suis pas surpris par le retour de Bozizé. Vous savez qu’il est un ancien chef d’Etat. Il a géré ce pays et était parti en exil par rapport au coup d’Etat qui l’avait renversé. C’est un citoyen centrafricain, c’est normal qu’il rentre dans son pays. Donc s’il ya des poursuites judiciaires contre lui, il est prêt à répondre."

"En fait, on a un peu peur parce qu’on vient tout juste de sortir d’une crise et on ne veut plus y retourner. On a envie d’avancer et on a appris qu’il est à Bangui, on a vraiment peur parce qu’on pense qu’il peut faire quelque chose qui pourrait nous ramener en arrière. Donc on a un peu peur."

"Je dirai que la situation est encore fragile et ça va se compliquer. C’est la politique, on va voir. Mais laissons la politique réagir."

"Pour ma part, je dirai que Bozizé est un centrafricain, il revient chez lui. S’il a des problèmes avec la justice, il y répondra. Mais s’il n’a pas de problème, je ne vois pourquoi il n’a pas le droit de rentrer chez lui."

Le temps de la justice

L’ancien président centrafricain, est doublement visé par une sanction des Nations unies et un mandat d’arrêt de la justice centrafricaine.

C’est donc le prochain congrès de son parti, le KNK qui avisera si François Bozize fera ou non acte de candidature à la présidentielle de décembre 2020.

Audios et vidéos sur le sujet