Feu vert pour le vaccin BioNTech en Europe | International | DW | 21.12.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Feu vert pour le vaccin BioNTech en Europe

L'Agence européenne des médicaments a autorisé le vaccin alors qu'une nouvelle variante du virus a fait son apparition au Royaume-Uni.

Les vaccinations vont pouvoir commencer en Union européenne

Les vaccinations vont pouvoir commencer en Union européenne

La réunion devait avoir lieu initialement le 29 décembre, mais la gravité de la situation - et la pression de l'Allemagne - ont accéléré la procédure. L'AEM, basée à Amsterdam, a rendu un avis favorable pour une autorisation de mise sur le marché conditionnelle du vaccin Pfizer-BioNTech dans l'espace européen.

Une coopération sans précédent

"C'est une avancée scientifique historique", s'est félicité Dr. Emer Cook, directrice générale de l'Agence. "En moins d'un an, un vaccin a été développé et autorisé contre une nouvelle maladie. C'est le résultat d'une mobilisation et d'un échange sans précédent d'informations entre scientifiques, industrie, régulateurs, professionnels de la santé, représentants de patients et autorités sanitaires à travers le monde."

Malgré les délais exceptionnellement courts, l'AEM assure que les "normes de qualité, de sécurité et d'efficacité" sont garanties. Selon Emer Cooke, les "bénéfices [du vaccin] sont plus importants que les risques".

L'autorisation est délivrée pour un an, et le régulateur européen des médicaments va continuer à analyser les études et appelle les citoyens européens à signaler tout effet secondaire non désirable du vaccin.

Quelques heures seulemen après le feu vert de l'AEM, la Commission européenne a à son tour validé la décision. Les premières vaccinations sont prévues dès dimanche 27 décembre en Allemagne.

Les Allemands de moins en moins convaincus par le vaccin

En Allemagne, la pandémie est toujours à un niveau très haut, mais les Allemands semblent de moins en moins convaincus par la vaccination.

Les corona-sceptiques dénoncent notamment une mafia de la vaccination

Les corona-sceptiques dénoncent notamment une "mafia de la vaccination"

Selon une étude de l'université de Heidelberg, le nombre de personnes qui sont prêtes à se faire vacciner a baissé. Elles étaient 55% cet été et ne sont plus que 46%, selon des sondages réalisés à quelques mois d'intervalle.

Ce recul est parallèle à la progression des théories complotistes autour de la vaccination et de la perte de confiance dans les médias et la classe politique, selon l'étude.

Dans le même temps, la peur d'être contaminé a nettement augmenté et les Allemands sont à 83% favorables aux mesures barrières telles que le port du masque ou la limitation des contacts sociaux.

Nouvelle souche du virus au Royaume-Uni

Seize pays dans le monde ont déjà autorisé le vaccin BioNTech, parmi lesquels le Royaume-Uni.

Alerte rouge dans le Kent où la nouvelle souche a fait son apparition depuis septembre

Alerte rouge dans le Kent où la nouvelle souche a fait son apparition depuis septembre

Londres a lancé son programme de vaccination le 8 décembre après avoir obtenu une autorisation temporaire de l'Agence de santé britannique. Le ministre de la Santé Matt Hancock avait alors affirmé que la rapidité de la décision avait été permise par le Brexit.

Avec l'apparition d'une nouvelle variante du virus, les Britanniques ont un autre aperçu du Brexit : depuis ce week-end, l'île est à l'isolement total. La plupart des pays européens ont suspendu leurs liaisons aériennes, maritimes et ferroviaires pour une durée allant de 48 heures à plusieurs jours.

Il s'agit d'empêcher coûte que coûte la propagation de cette forme mutée du virus. Les premières études ont en effet montré qu'elle pourrait être environ 70 % plus contagieuse que celle en circulation depuis un an.

Le vaccin a priori efficace sur les variantes du coronavirus

La nouvelle souche a été Identifiée pour la première fois "fin septembre" dans le comté du Kent en Angleterre, mais ce sont seulement ces derniers jours qu'elle s'est propagée à grande vitesse. Selon un expert de santé britannique interrogé par la DW, elle représente désormais jusqu'à "deux tiers des cas à Londres". Le Dr John Campbell estime "possible qu'elle soit déjà présente dans les autres pays européens".

Ce n'est pas la première fois qu'une mutation du virus est constatée. Il y en a eu des milliers depuis le début de la pandémie. La bonne nouvelle, c'est que d'après l'Agence européenne des Médicaments "rien ne prouve" que le vaccin ne sera pas efficace contre cette nouvelle variante.