Faut-il réguler les relations commerciales entre la Chine et l′Afrique ? | Arbre à palabre | DW | 26.04.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Faut-il réguler les relations commerciales entre la Chine et l'Afrique ?

Le 9 avril 2019 à Bruxelles, l’Union européenne et la Chine ont signé une déclaration commune qui régule les investissements chinois dans l’espace européen. De plus en plus de voix s'elèvent en Afrique pour réclamer de tels garde-fous, quant on sait que la présence chinoise en Afrique est l’objet de nombreuses critiques.

Écouter l'audio 40:01

Depuis le début des années 2000, la présence de Pékin en Afrique est de plus en plus visible. Dans un premier temps, beaucoup d’Africains se sont réjouis de ce regain d’intérêt chinois pour leur continent. D’autres ont même assimilé cela à une revanche des occidentaux qui se voient concurrencés sur leur terrain traditionnel.

Quoiqu’il en soit, selon le ministère chinois du Commerce, la Chine reste le premier partenaire commercial de l’Afrique. En 2017, les importations chinoises provenant du continent étaient de 73,3 milliards de dollars pour des exportations de 94,7 milliards de dollars. Parmi les produits importés d’Afrique : du pétrole, des minerais et du bois. On importe des biens de consommation, dont les téléphones portables, des médicaments, des machines et des véhicules.

Déclin de la France

Cette offensive chinoise en Afrique est notamment au détriment de la France. Selon la Coface, les parts de marché à l’exportation de la France en Afrique ont été divisées par deux depuis 2000 passant de 11 % à 5,5 % en 2017, tandis que celles de la Chine sont passées de 3 % à 18 % .

Le déclin de la France serait en partie dû en partie au bas prix de la main-d’œuvre chinoise et l’appui dont les entreprises de ce pays bénéficient de la part de leur gouvernement. Ce qui contrevient aux règles en vigueur à l’OMC.

Régulation ?

Comme l’ont fait le 9 avril dernier à Bruxelles, l’Union européenne et la Chine, Pékin et l’Afrique doivent-ils aussi faire une déclaration commune qui régule les investissements chinois dans l’espace africain ?

 Eric Topona et ses invités en débattent sous l’Arbre à Palabre :

-Emmanuel Dupy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe.

-Ibrahima Khalil Niang, spécialiste des relations sino-africaines.

-Et Joël Ruet, président du Think-thank "The Bridge".

Cliquez sur l’image ci-dessus pour écouter le magazine.