Félix Tshisekedi n′a toujours pas son premier gouvernement | Afrique | DW | 23.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Félix Tshisekedi n'a toujours pas son premier gouvernement

Le président congolais a annoncé ce mercredi 21 août que la liste de l'équipe gouvernementale était quasi-définitive et qu'elle allait être rendue publique jeudi. Pourtant, depuis, les Congolais continuent d’attendre.

De Kinshasa à Bunia dans l'Ituri, en passant par le Kasaï, les Congolais sont impatients de connaître les noms des nouveaux  ministres. Mais si l'annonce de l'équipe était annoncée pour jeudi, elle n'a toujours pas eu lieu. Pourtant, dans les états majors des deux camps qui doivent composer la nouvelle équipe gouvernementale, on assure que la liste complète des membres du gouvernement a été transmise au palais de la Nation. 

Präsident der Demokratischen Republik Kongo Felix Tshisekedi (Giscard Kusema)

Le président Félix Tshisekedi

Mais la liste du premier gouvernement doit être soumise à l'appréciation de l'ancien président Joseph Kabila et du nouveau, Félix Tshisekedi, les deux leaders de la coalition au pouvoir. 

Une attente qui commence à agacer dans le pays, nous explique Bura Baloma qui vit à Bunia dans l'Ituri. "Cette une situation qui inquiète tout le monde, le président étant investi depuis le 24 janvier", rappelle-t-il. "Mais on s'inquiète aussi en ce qui concerne la taille du gouvernement. On suppose que le pays est en difficulté et chaque ministre doit être pris en charge financièrement alors qu'on pouvait avoir un gouvernement de petite taille. Mais comme la formation du gouvernement traîne, ça dérange encore davantage."

Besoin de sécurité dans le Kasaï

Angola flüchtchtlings Kinder aus Kongo (UNICEF/N. Wieland)

Les attentes sont grandes dans le Kasai

Dans le Kasaï, région du centre de la RDC, en proie à des violences depuis des années, les populations se montrent aussi impatientes sur le fait que le président Tshisekedi n'a toujours pas formé son gouvernement pour faire face aux défis sécuritaires, nous a confié Albert Kiungu qui vit à Kananga, dans le Kasaï occidental. "Nous souhaitons que le chef de l'Etat se dote rapidement d'une équipe avec des gens qui vont suivre sa vision pour résoudre le problème du manque d'infrastructures de base dans le Kasaï, pour reconstruire tout ce qui a été démoli par cette folie meurtrière liée à la milice Kamwina Nsapu", explique-t-il.

"On ne peut pas continuer à négocier"

DR Kongo Ex-Präsident Joseph Kabila (picture-alliance/AP/J. Delay)

L'ancien président Joseph Kabila toujours influent

A Kinshasa, la capitale, de nombreux Kinois estiment aussi que les deux partis qui forment la coalition gouvernementale sont plongés dans une lutte politicienne qui a trop duré.

C'est le cas de Rigo Gene, secrétaire général du Conseil des organisations non gouvernementales de développement. "Les défis sont énormes", insiste-t-il. "On ne peut pas continuer à négocier. Le pays a plusieurs priorités. Il faut qu'on ait un gouvernement en place parce que nous sommes un Etat fragile et il faut qu'on mette de l'ordre dans tout ça. Mais pour cela, nous avons besoin d'un gouvernement responsable qui soit appelé à rendre des comptes."

C'est dans ce contexte qu'hier, jeudi 22 août, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba était attendu au palais de la Nation pour remettre ce qui s'apparentait à la dernière mouture du nouveau gouvernement. Mais le rendez-vous a été annulé à la dernière minute "sans aucune explication".