Existe-t-il une complicité entre l′armée congolaise et les rebelles ADF ? | Afrique | DW | 04.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ?

Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.

Écouter l'audio 05:40

"Les présumés ADF ne sont pas des Congolais" (Boniface Musavuli)

Depuis le 23 novembre dernier, une partie des habitants de Beni et ses environs protestent contre la passivité des soldats de la MONUSCO (mission de l’Onu en RDC) face aux exactions imputées au groupe armé d'origine ougandaise Forces démocratiques alliées (ADF), accusés d'avoir tué un millier de personnes depuis 2014.

Au moins neuf manifestants ont été tués depuis le  début des manifestations à Beni et la ville voisine de Butembo. Ce climat d’insécurité causée par les ADF a été à l’origine de l’annonce de la reprise des opérations militaires conjointes entre la Monusco et les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo).

Un blindé de la MONUSCO à Beni.

Un blindé de la MONUSCO à Beni.

Six commandants ADF tués

Par ailleurs, un porte-parole de l'armée congolaise a indiqué que 80 ADF ont été neutralisés, dont quatre de ses six commandants à la suite d'une opération militaire conduite par les FARDC.

Mais le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels n'ont rien à voir avec les rebelles ougandais originels. Ceux-ci agiraient même grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.

Cliquez sur la photo principale de l'article pour écouter l’interview.

Boniface Musavuli  est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont "Les massacres de Beni – Kabila, le Rwanda et les faux islamistes" publié en 2017.

Audios et vidéos sur le sujet