Espoirs et craintes après l′accord de sortie de crise | Archives Afrique | DW | 21.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Espoirs et craintes après l'accord de sortie de crise

Selon un accord conclu avec la Cédéao, Dioncounda Traoré présidera le Mali pour un an et les putschistes obtiennent des garanties. Des manifestants, mécontents de ce compromis, ont agressé lundi le président par intérim.

La capitaine Sanogo et le président par intérim Dioncounda Traoré

La capitaine Sanogo et le président par intérim Dioncounda Traoré

Un accord a finalement été conclu dimanche 20 mai à Bamako entre les auteurs du coup d'État, les autorités intérimaires et les médiateurs de la Cédéao, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest. Dioncounda Traoré (à droite sur la photo) assurera la transition du Mali pendant 12 mois avec, à terme, la tenue d'élections. Les membres de la junte ont obtenu l'assurance d'une amnistie, le capitaine Sanogo se voit reconnaître le statut d'ex-chef de l'État. Des concessions qui ont convaincu les putschistes d'accepter l'offre de la Cédéao.

Écoutez ci-dessous l'analyse du professeur Babacar Gueye, directeur de l'Institut supérieur de droit de Dakar. Il décrypte cet accord au micro d'Isaac Dosso.

Écouter l'audio 01:46
Now live
01:46 min

"Il fallait régler la question du coup d'État avant de s'attaquer au problème de l'occupation du nord du Mali" : l'analyse du professeur Babacar Gueye













Le président Traoré victime d'une agression

Si la plupart des Maliens sont plutôt soulagés de cette solution de sortie de crise, une partie de la rue ne décolère pas. Des centaines de jeunes ont manifesté lundi matin dans les rues de Bamako pour crier leur désaccord. Certains ne veulent pas du président intérimaire à la tête du pays et d'autres dénoncent tout simplement un diktat de l'organisation sous-régionale, la Cédéao. Écoutez ci-dessous le reportage à Bamako de notre correspondant Yaya Konaté.

Au cours de la journée de lundi, des manifestants ont investi l'actuel bureau du président par intérim, à Koulouba, près de Bamako. Dioncounda Traoré a été frappé et blessé. Il a pu être hospitalisé, mais sa vie n'est pas en danger, selon des sources concordantes. La Garde nationale, qui assurait la sécurité des lieux, n'a apparemment pas réussi à contenir les centaines de manifestants présents.

Auteur : Cécile Leclerc (avec AFP)
Édition : Fréjus Quenum, Sébastien Martineau

Écouter l'audio 01:57
Now live
01:57 min

Entre colère et soulagement : le reportage à Bamako de Yaya Konaté

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet