En Syrie, l′aide humanitaire toujours bloquée par les combats | International | DW | 01.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

En Syrie, l'aide humanitaire toujours bloquée par les combats

Malgré la trêve annoncée dans la Ghouta orientale, l'aide humanitaire n'a toujours pas accès à la région. Les deux camps s'accusent de violer le cessez-le-feu.

Des bombes, des coups de feu et des cris d'enfants. Voilà à quoi ressemble la trève annoncée dans la Ghouta orientale ces dernières heures. Ce cessez-le-feu censé durer cinq heures chaque jour n'aura eu d'existence réelle que sur le papier. Les violents combats continuent d'empêcher l'acheminement de l'aide humanitaire. Et ce alors même qu'une quarantaine de camions chargés d'aide sont prêts à se rendre dans la banlieue de Damas selon l'ONU. 

600 civils tués

Sur place, les civils sont encore les premières victimes. 600 personnes auraient d'ailleurs été tuées depuis le début de l'offensive de l'armée syrienne lancée il y a dix jours contre cette enclave, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, proche de l'opposition syrienne. "Je n'ai pas pu emmener mon fils aîné avec moi. Il est resté avec des parents", raconte une maman." Quand les insurgés se sont rendus compte que j'avais fui, ils ont pris mon enfant en otage. J'ignore le sort qui lui est fait."

Tout près son fils décrit sa frayeur face aux explosions qui continuent autant à l'école qu'à la maison. Lui et sa mère sont désormais regroupés dans une salle par les troupes russes, avec un groupe de personnes déplacées. 

Diplomatie

Au niveau diplomatique, les pressions occidentales s'accentuent sur la Russie, alliée du régime syrien. Or chaque camp accuse l'autre de violer le cessez-le-feu. "Nous luttons contre le terrorisme. Ce sont des groupes terroristes. Ils ne se soucient pas des populations, ni des enfants", estime Faisal Mikdad, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères. Pour lui, l'autre camp mène une campagne de désinformation vis-à-vis de l'opinion internationale sur ce qui se passe réellement. "Nous essayons de libérer les habitants de la Ghouta orientale du joug des organisations terroristes qui se sont installées depuis six, sept ans."

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plus de 600 civils dont 147 enfants ont péri depuis sous les bombes du régime qui ont en outre provoqué d'énormes destructions dans l'enclave de la Ghouta orientale.    

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !