En Guinée, une distribution de cartes d′électeurs parfois difficile | ACTUALITÉS | DW | 19.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

ACTUALITÉS

En Guinée, une distribution de cartes d'électeurs parfois difficile

La distribution des cartes d’électeurs pour les consultations du 1er mars se poursuit avec des difficultés par endroits. Si en Haute-Guinée, il n'y a aucun problème, c'est loin d'être le cas à Labé, fief de l'opposition.

Nous sommes dans un centre de distribution de cartes d'électeurs à Siguiri, au nord-est de Conakry. Depuis le lancement des opérations, les points de distributions ne désemplissent pas.

Chacun veut retirer sa carte d'électeur en premier. Mais les agents distributeurs font l'appel par ordre alphabétique.  

Aminata  Magassouba et Amadou Magassouba viennent de retirer leur carte pour le vote.

"J'ai fait la queue pour retirer ma carte et avoir le droit de vote comme les autres citoyens de Siguiri.  Je lance un appel aux autre citoyens de venir retirer leurs cartes d'électeurs.

"Au départ, il y avait un embouteillage ici, tout le monde voulait avoir sa carte sur place. Comme vous voyez, maintenant tout est rentré dans l'ordre."

Une situation problématique à Labé

Dans la préfecture de Labé en revanche, située à près de 400 kilomètres de Conakry, les opérations peinent à démarrer.

Il faut dire que Labé est l'un des fiefs de l'opposition. La semaine dernière, certains responsables locaux ont chassé les agents venus distribuer les cartes d'électeurs dans des quartiers de Labé.

Certaines cartes auraient été déchirées et même volées par des jeunes en colère dans plusieurs localités de Moyenne Guinée. Actuellement, l'essentiel des bureaux de distribution est installé dans l'enceinte de la préfecture.

"Depuis que nous avons commencé, nous avons enregistré six cas d'enlèvements de cartes d'électeurs avec nos membres de commissions. Les cinq sont des enlèvements directs et le sixième est un vol de cartes dans la sous-préfecture de Dionfo. Sans oublier les cas de menaces, surtout dans les médias locaux", raconte un responsable local.

Vers un boycott de l'opposition ?

Le weekend dernier, lors de son assemblée générale, l'Union des forces républicaines de Guinée, le principal parti d'opposition, a juré d'utiliser tous les moyens pour empêcher la tenue des élections législatives et référendaire du 1er mars prochain.

Les principaux partis de l'opposition ont d'ailleurs décidé de boycotter ces élections.