En Guinée, la facture salée de quatre jours de coupure d′internet | Afrique | DW | 29.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

En Guinée, la facture salée de quatre jours de coupure d'internet

Internet a été rétabli après quatre jours de coupure dans la foulée des violences postélectorales en Guinée. Les utilisateurs dressent un bilan coûteux.

Les blogueurs guinéens ont mis en place une plateforme de veille électorale

De l'avis des personnes interrogées, la coupure a empêché la circulation de l'information

La connexion internet a été rétabli mardi (27.10.2020) après avoir été coupé pendant au moins quatre jours avant et après le scrutin présidentiel du 18 octobre. Cette interruption a eu des conséquences économiques dans plusieurs secteurs. Il s'agit notamment des médias en ligne, des blogueurs et du secteur des banques. Ces acteurs ont vu leurs activités économiques se réduire ces derniers jours.

Une connexion qui valait de l'or

Le collectif des blogueurs témoigne que ses membres devaient faire des navettes entre les opérateurs de téléphonie pour avoir une connexion. Alors qu'internet était coupé chez le principal fournisseur en Guinée.

Lire aussi → Alpha Condé élu pour un troisième mandat en Guinée

Selon Mamadou Alpha Diallo, sa structure a engagé de nouvelles dépenses pour la connexion sans avoir eu les résultats escomptés. "Acheter de nouvelles données alors qu'on a déjà rechargé chez un autre opérateur qui est d'ailleurs le principal, cela fait des frais supplémentaires. Et là où nous sommes allés aussi, il y avait des restrictions, la connexion n'était pas bonne", explique-t-il.

Thierno Amadou Diallo, journaliste et administrateur du site guinee114, a dû lui aussi faire face à des difficultés. Il pense d'ailleurs que son secteur, la pressse en ligne, était le plus touché par la coupure d'internet. "D'abord les correspondants ne peuvaient pas livrer leurs contributions. À Conakry aussi, même si on avait des informations on pouvait difficilement publier des articles. D'un autre côté nous sommes une entreprise. Il y a des publi-reportages, il y a des partenaires qui nous envoient des textes publicitaires et nous étions obligés de dire qu'on était désolé de ne pas les publier. Donc on laissait partir l'argent", se désole le journaliste.

Écouter l'audio 02:07

Thierno Amadou Diallo : "On laissait partir l’argent"

Celui-ci explique qu'il a l'habitude de publier une vingtaine d'article par jour mais durant la perturbation de la connexion, il ne parvenait pas à ouvrir sa plateforme.

Le secteur bancaire pas épargné

Sékou Somparé, un client d'une banque rencontré à Enta dans la haute banlieue de Conakry affirme n'avoir pas eu accès à son compte durant la coupure d'internet. "J'ai mis une application dans mon téléphone qui me permet d'avoir accès à mon compte depuis la banque. Mais avec la coupure d'internet je n'ai pas eu accès à mon argent. J'ai de l'argent à la banque mais je suis resté bloqué à la maison, je ne pouvais rien faire. Au-delà de ça, à l'université nous avons des plateformes où nous communiquons et tout était aussi bloqué", se plaint-il.

Selon des informations recoupées sur place, la coupure d'internet a été ordonnée par les autorités guinéennes, officiellement afin de "réduire la circulation des fausses informations et les messages haineux sur les réseaux sociaux".