Donald Trump en passe de reconnaître Jérusalem comme capitale d′Israël | International | DW | 06.12.2017
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Donald Trump en passe de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël

La décision de transférer l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem risque d'embraser de nouveau le Proche-Orient. Jérusalem cristallise en effet les tensions entre Israéliens et Palestiniens.

Donald Trump va-t-il prendre le risque d'embraser à nouveau le Proche-Orient ?

Tout dépend de sa décision sur le transfert ou non de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Une annonce du président américain est prévue ce mercredi.

Pour le moment, la représentation diplomatique américaine se trouve à Tel-Aviv, comme toutes les autres ambassades étrangères. La déménager dans la ville sainte reviendrait de facto à élever celle-ci au rang de capitale - un affront que les Palestiniens jugent d'ores et déjà dangereux.

Jerusalem Davidszitadelle Stadtansicht (picture-alliance/dpa/O. Balilty)

Des juifs israéliens sur le mur de la citadelle de David

Lieu saint multiple

Lieu saint pour les juifs, les musulmans et les chrétiens, capitale revendiquée à la fois par les Israéliens et les Palestiniens, le statut de Jérusalem fait débat depuis la nuit des temps et constitue l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien.

Petit retour en arrière : en 1948, l'Etat d'Israël est créé. Les autorités font de Jérusalem-Ouest leur capitale. Jérusalem-Est est alors sous le contrôle de la Jordanie, avant d'être annexée par l'Etat hébreux, en 1967, lors de la Guerre des Six Jours.

En 1980, une loi fondamentale entérine le statut de la ville sainte comme capitale "éternelle et indivisible" d'Israël.

Jérusalem, double capitale?

De leur côté, les Palestiniens qui représentent environ un tiers de la population de la ville, revendiquent Jérusalem comme la capitale de l'Etat qu'ils aspirent à créer. Ils exigent que le statut de la ville fasse l'objet de négociations dans le cadre un accord de paix avec les Israéliens

Israel Jerusalem Palästinenser dürfen wieder zur al-Aqsa-Moschee (Getty Images/AFP/A. Gharabli)

Pour les musulmans aussi, la Mosquée d'al-Aqsa de Jérusalem est un lieu saint

.

Et la communauté internationale ? Elle ne reconnait pas la souveraineté israélienne sur Jérusalem et considère Jérusalem-Est comme territoire occupé. C'est pour cette raison que les ambassades étrangères sont installées à Tel-Aviv.

La position américaine

Jusqu'à présent, c'est aussi le cas des Etats-Unis - même si le Congrès américain a adopté, en 1995, un décret appelant Washington à déménager son ambassade dans la ville sainte. Ce décret comporte cependant une clause qui a permis à tous les prédécesseurs de Donald Trump - Bill Clinton, George W.Bush et Barack Obama - de repousser son application afin de préserver leur rôle de médiateur dans la région.

Jerusalem US-Präsident Trump Benjamin Netanjahu (picture-alliance/Zuma/M. Stern)

Donald Trump et Benjamin Netanyahu en mai 2017

Cette clause doit être renouvelée tous les six mois - en juin dernier, Donald Trump avait suivi l'exemple de ses prédécesseurs et bloqué à nouveau le transfert de l'ambassade.

Mais cette fois, il laisse planer le doute sur ses intentions, soumis à la fois à ses engagements électoraux et aux pressions d'une partie de son électorat chrétien, favorable à Jérusalem comme capitale.

Nul ne sait pourtant comment réagiraient les Palestiniens et leurs alliés arabes si le chef de la Maison Blanche  se prononçait en faveur d'un déménagement ou s'il élevait Jérusalem au rang de capitale israélienne.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !