Destination Nigeria : l′exode des Camerounais anglophones | Afrique | DW | 12.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Destination Nigeria : l'exode des Camerounais anglophones

D'après le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), plus de 21.000 Camerounais ont déjà fui les violences depuis le mois d'octobre 2017. La plupart se sont installés au Nigeria sans espoir d'un retour rapide.

Écouter l'audio 02:03
Now live
02:03 min

Antonio Jose Canhandula : "la réponse des autorités du Cameroun n'est pas de nature à résoudre le problème. Mais plutôt à l'aggraver"

Les autorités camerounaises dénoncent un acte de désinformation après les nombreuses réactions suscitées par une vidéo montrant des hommes en uniforme militaire exécuter des femmes et des enfants dans la région anglophone. Depuis mercredi pourtant, des combats meurtriers sont aussi rapportés entre l'armée et les séparatistes dans la ville de Kumba. D'après le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), plus de 21.000 personnes ont déjà fui depuis le mois d'octobre 2017. La plupart se sont installés au Nigeria.

 

Plusieurs camps de réfugiés

Certains réfugiés camerounais se retrouvent dans l'Etat de Tabara au Nigeria. Ils sont plus nombreux à Benue mais c'est l'Etat de Cross River qui en accueille le plus grand nombre. Ils vivent en petits groupes dans des villages situés le long de la frontière entre le Nigeria et le Cameroun.

Kameruns vergessene Flüchtlinge (DW/Katrin Gänsler)

Napoleon Egumu se sent mieux en sécurité au Nigeria

Napoleon Egumu, enseignant originaire d'Akwaya dans le sud-ouest camerounais peut maintenant souffler. "Je me sens en sécurité ici", déclare-t-il à la DW. Mais la frayeur n'est pas complètement passée. "C'est vrai qu'il y a de fausses alertes qui créent la panique. Mais les gens ici nous assurent qu'il n'y a pas de quoi avoir peur", explique-t-il.

Parmi ces réfugiés, il y a des enfants en bas âge et des femmes. Dorothy Offun, 34 ans et mère de sept enfants, est particulièrement remontée contre les autorités du Nigeria qui selon elle, "ne veulent pas donner du travail à nos enfants. Nous sommes dans la souffrance. Nous n'avons pas de routes, pas de marchés. Nous voulons l'indépendance."

Ces réfugiés racontent leur traversée de la brousse avant d'atteindre le Nigeria. Certains de leurs proches auraient été tués par balle.

 

Kameruns vergessene Flüchtlinge (DW/Katrin Gänsler)

Dorothy Offun est encore hantée par le traumatisme de la fuite

L'espoir de l'indépendance

Les plaintes des Camerounais des régions anglophones se sont amplifiées durant les neuf derniers mois quand des avocats et des enseignants ont décidé de protester contre l'influence croissante de la langue française dans la justice et dans le système scolaire. La crise a déjà fait des dizaines de morts.

Les sécessionnistes accusent le pouvoir et l'armée de violations graves des droits de l'homme. Mais dans la région, il est difficile de recueillir des informations fiables. Le HCR pour sa part s'attend à d'autres arrivées de réfugiés.

Antonio Jose Canhandula est le représentant de cette organisation au Nigeria. Le HCR recommande-t-il, va devoir "probablement adapter le plan de réaction parce que les informations indiquent que la réponse des autorités centrales du Cameroun n'est pas de nature à résoudre le problème. Mais plutôt à l'aggraver."

Mais au Nigeria, la sécurité n'est pas garantie non plus. Les conflits intercommunautaires et l'insurrection armée de Boko Haram provoquent également des déplacés internes.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !