Des milliers de déplacés maliens retournent chez eux | Afrique | DW | 20.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Des milliers de déplacés maliens retournent chez eux

La Minusma et le HCR soutiennent le retour des habitants du village de Koïgouma qui avaient fui vers la Mauritanie.

Des personnes réfugiées à la frontière avec la Mauritanie

Des personnes réfugiées à la frontière avec la Mauritanie (photo d'illustration)

Koïgouma renaît doucement de ses cendres. En mai dernier, 2.089 personnes originaires de ce village du nord-ouest du Mali reprenaient la route depuis le camp de Mbera, en Mauritanie, pour retourner dans leur village natal. 

Aujourd’hui, les tentes côtoient les maisons en cours de réparation, détruites lors des saisons des pluies successives. Un retour appuyé par le HCR, et la Minusma, explique Diallo Mbemba, chef du bureau du HCR à Tombouctou. "Pour nous, le retour de 2.089 personnes est un retour massif. C’est pourquoi nous sommes en train de marquer le coup, pour que ce soit un signe fort pour ceux qui restent dans le camp."

Nouvelle école

Pour encourager le reste des habitants de Koïgouma, restés en Mauritanie, à revenir, le HCR et la Minusma ont construit une nouvelle école, fait don de tentes et de panneaux solaires ainsi que foré un puit dans le village. Une façon de faire revenir un semblant de représentation étatique dans la zone, tout en s’inscrivant dans la logique des accords de paix. 

"Ces personnes qui sont revenues ont fait le choix de suivre l’accord dans une perspective de réconciliation. Aujourd’hui, nous espérons rester sur nos terres et ce à jamais", explique Ahmedou Ag Abdallah, chef de village. "Après l’accord, l’opportunité a été donnée à la CMA (Coordination des mouvements de l'Azawad, ndlr) de créer une base dans le village, dans l’optique d’assurer la sécurité et la libre circulation des personnes dans la région".

Accord de paix et retour  des déplacés

Le village de Koïgouma est en effet une base du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad, groupe politico-armé signataire des accords d’Alger en 2015. 

De nombreux Maliens se sont réfugiés à la frontière avec la Mauritanie

De nombreux Maliens se sont réfugiés à la frontière avec la Mauritanie

Une coopération qui ne choque pour autant pas Riccardo Maïa, chef de la Minusma à Tombouctou, qui considère le chef de village comme un "partenaire fiable"

"C’est exactement la mise en œuvre des accords de paix. La mise en œuvre de l’accord de paix cela se fait avec les groupes signataires. Et aujourd’hui nous sommes dans un territoire qui est contrôlé par un groupe signataire", déclare Riccardo Maïa, chef de la Minusma à Tombouctou. 

Avec un retour des réfugiés et de la sécurité dans la zone, l’exemple de Koïgouma pourrait bien servir d’exemple et s’étendre à d’autres villages du nord et les groupes signataires, devenir des partenaires privilégiés d’un retour à l’ordre dans la zone.