Des milliards pour le numérique dans les écoles allemandes // Afghanistan : les négociations entre Américains et talibans inquiètent les populations | Vu d′Allemagne | DW | 19.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Des milliards pour le numérique dans les écoles allemandes // Afghanistan : les négociations entre Américains et talibans inquiètent les populations

Après des mois de négociations le "Digitalpakt" prévoyant cinq milliards d'euros doit être adopté en Allemagne. Un pacte sur lequel les négociations ont duré des semaines, en raison notamment du système fédéral. Dans la seconde partie de ce magazine, Vu d'Allemagne prend le chemin de l'Afghanistan, où les négociations de paix actuelles inquiètent ceux qui ont vécu sous le contrôle des talibans.

Écouter l'audio 13:28

Nous sommes dans une salle de classe à Siegburg, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Une ville de 40 000 habitants, dans une région densément peuplée. Pourtant ce matin, lorsque la professeur Christina Müller tente de charger une vidéo depuis Internet pour la montrer à ces élèves, cela ne charge pas. "Donc ... ça prend un peu de temps", commente la professeure. Habituée, elle fait patienter en posant des questions, prenant de l'avance sur ses explications. 

Cinq milliards

C'est une scène quotidienne des écoles allemandes en 2019. Un sujet devenu même politique, tant le retard semble important dans l'équipement des écoles. Alors, depuis des semaines, on négocie entre élus pour la mise en place d'un pacte digital dans tout le pays. L'Etat allemand va débloquer plusieurs milliards d'euros. Cinq milliards jusqu'en 2023. De l'argent pour équiper les écoles en matériel informatique : des tableaux numériques, des connexions wifi, des ordinateurs...

Schüler lesen Zeitung (Imago/momentphoto/R. Michael)

Lire la presse sur ordinateur est parfois compliqué dans les écoles allemandes

Ce plan devrait voir le jour officiellement ces jours-ci, après un changement constitutionnel. Il est nécessaire, parce qu'on est en Allemagne, une République fédérale. Or l'Etat central n'a pas en charge les écoles. Ce sont les Länder - les "Etats-Régions" - qui paient, décident de l'organisation scolaire, emploient les professeurs ... Il fallait donc se mettre d'accord et changer la loi, pour que l'Etat ait le droit de financer.

Inquiétudes pour les compétences des Länder

Un changement pas simple : les Länder tiennent à leurs compétences. Cet investissement par l'Etat dans les écoles de tous le pays a même suscité des critiques. "La modification prévue de la loi fondamentale est un pas de plus vers une érosion progressive du fédéralisme", explique Hans-Jürgen Papier, spécialiste du droit constitutionnel et président de la Cour constitutionnelle fédérale de 2002 à 2010. "On crée ainsi progressivement, à partir de la République fédérale d'Allemagne, un État unitaire dans lequel, à un moment donné, les États fédéraux n'ont plus leur propre statut d'État comme la Loi fondamentale le veut ou le présuppose", s'inquiète-t-il. 

Finalement, un accord a donc été trouvé. Mais, là encore, il fallait ensuite décider qui paierait quoi. L'idée d'un financement 50/50 : 50% par les régions, 50% par l'Etat central, a été refusé, pour ne pas que certaines régions, les plus pauvres, soient contraintes de ne pas investir car elles ne pourraient pas financer 50% des projets. L'accord final prévoit des financements au cas par cas. L'Etat central pourrait même parfois financer les salaires de personnes chargées d'entretenir des réseaux informatiques dans des écoles. Un point délicat aussi, car, encore une fois, Berlin ne finance normalement pas les personnels scolaires. 

D'autres dépenses à venir

À ces 5 milliards investis d'ici 2023 il faudra, dans le futur, ajouter encore de l'argent, pour la formation continue des professeurs par exemple. Des formations afin qu'ils sachent utiliser le matériel, se mettent à jour avec les logiciels, ou encore fassent des stages régulièrement. D'autres négociations et d'autres longs débats devraient ainsi avoir lieu.

Selon des sondages, les Allemands seraient favorables à une prise en main complète par l'Etat central du système éducatif allemand. La gestion majoritairement régionale pose souvent des problèmes dans le pays. Pas seulement pour le financement du matériel informatique, mais aussi parce que, par exemple, certains examens de fin de scolarité, l'Abitur par exemple, ne sont pas les mêmes partout. Quand les élèves devenus étudiants veulent changer de région, cela pose parfois problème et une prise en main au niveau national pourrait, selon beaucoup, mettre fin à ces ennuis.*

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Afghanistan Flüchtlinge Bewohner Flucht vor Taliban (DW/E. Mahdavi)

Des habitants afghans fuyant les talibans (image d'archives)

Dans le seconde partie de ce magazine, Vu d'Allemagne prend le chemin de l'Afghanistan. Les discussions entre Américains et talibans autour d'une fin de la guerre ont repris au Qatar. Washington espère arriver à un accord et retirer ses soldats du pays.

En janvier dernier, les deux parties s'étaient déjà mises d'accord pour envisager un retrait progressif des soldats américains. En échange les talibans s'engagent à empêcher Al Qaida de s'implanter sur place. Mais cette ébauche d'accord crée beaucoup d'appréhension chez les Afghans, en particulier parmi ceux qui ont vécu sous l'autorité des talibans.

Notre correspondant dans la région, Emmanuel Derville, a rencontré ces habitants qui confient leurs craintes. 

Retrouvez tous les numéros du magazine Vu d'Allemagne dans la médiathèque ou abonnez-vous au podcast !

Liens