Des expulsions ″indignes″ vers l′Éthiopie // La pandémie booste le tourisme dans les Alpes bavavoises | Vu d′Allemagne | DW | 10.02.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Des expulsions "indignes" vers l'Éthiopie // La pandémie booste le tourisme dans les Alpes bavavoises

Pandémie ou pas, les pays européens continuent à expulser les demandeurs d'asile déboutés. L'Allemagne renvoie par exemple des Éthiopiens, alors que leur pays est en pleine crise sécuritaire. // En deuxième partie, reportage dans les Alpes bavaroises où le tourisme de masse est une bénédiction pour l'économie, mais un fléau pour la nature.

Écouter l'audio 12:37

Une nuit de janvier à Vienne, en Autriche... Des caddies renversés en guise de barrage, une dizaine de personnes tentent d’empêcher deux fourgons de police de passer. À l'intérieur, il y a Tina, 12 ans, et sa famille, au milieu de policiers. Leur demande d’asile a été rejetée, ils doivent être renvoyés en Géorgie. Le blocage ne dure pas longtemps. À cinq heures du matin, l’avion peut décoller. 

Les autorités mettent en avant la loi

Tina est née en Autriche, elle y a passé dix ans de sa vie. Mais un tribunal a décidé en décembre 2019 que sa famille n’avait pas prétention à rester dans ce pays. Selon les autorités autrichiennes, les ressortissants géorgiens ne risquent ni la guerre ni la persécution. L’asile n’est donc pas justifié. Le fait que Tina et sa famille soient parfaitement intégrés n'a pas pesé dans la balance.  

Des histoires comme celles de Tina, la plupart des pays européens en connaissent. L’Allemagne, par exemple. 

Une fois la demande d'asile déboutée, l'expulsion se fait rapidement

Une fois la demande d'asile déboutée, l'expulsion se fait rapidement

Mimi T. n’est pas près d’oublier ce 28 décembre 2020, le jour où ses espoirs de rester en Allemagne ont volé en éclat. Mimi T. a été expulsée vers l’Éthiopie, encadrée par quatre policiers. Elle était arrivée en Allemagne en 2009, poursuivie par le gouvernement éthiopien pour avoir été membre de l’opposition. Victime d’arrestations et de violences sexuelles, elle a été traitée à son arrivée en Allemagne pour dépression et syndrome de stress post-traumatique. Son retour en Éthiopie s’annonce difficile. 

“Depuis des années, elle n'a plus de famille en Éthiopie, n'y connaît personne et ce n'est que grâce à des sympathisants que quelqu'un s'est organisé pour venir la chercher”, explique Wiebke Judith, de l'organisation Pro Asyl qui a tenté d'empêcher son expulsion.

Mimi T. n’est pas la seule à avoir été renvoyée en Éthiopie l’an dernier. Fin novembre, dix autres demandeurs d’asile déboutés ont été expulsés à bord d’un vol d’Ethiopian Airlines vers Addis Abeba. 
 
Le gouvernement allemand affirme que toutes les procédures légales ont été respectées. Dans une réponse écrite adressée à la DW, une porte-parole du ministère allemand de l’Intérieur affirme que "les conditions légales de recevabilité d'une expulsion découlent de la loi relative au séjour. Les interdictions d'expulsion sont toujours examinées au cas par cas. Par exemple, un étranger ne doit pas être expulsé vers un autre pays s'il existe un danger considérable et concret pour sa vie, son bien-être physique ou sa liberté"

Situation humanitaire critique au Tigré

L'Allemagne n'accorde plus aussi facilement l'asile aux Éthiopiens

L'Allemagne n'accorde plus aussi facilement l'asile aux Éthiopiens

Des dangers, la députée d’opposition Ulla Jelpke en voit de nombreux en Éthiopie. Le pays traverse actuellement une crise majeure. Le conflit au Tigré a connu une escalade en novembre, après que les forces gouvernementales ont lancé une offensive contre le TPLF qui administrait la région.

Des milliers de personnes ont été tuées. Selon les estimations de l’ONU, plus de deux millions d’Éthiopiens ont encore besoin d’aide d’urgence... Pour Ulla Jelpke, députée du parti de la gauche radicale Die Linke, les conditions ne sont pas réunies pour le renvoi de demandeurs d’asile en Éthiopie, d'autant que le pays est également frappé par "des inondations, une invasion de criquets et la Covid-19".

"Dans une telle situation, les expulsions sont absolument inacceptables et indignes", souligne-t-elle.

Le gouvernement allemand a resserré la vis

Des chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur suite à une demande écrite d’Ulla Jelpke montrent que les autorités allemandes répondent plus sévèrement aux demandes d’asile de ressortissants éthiopiens ces dernières années.  

Les Nigérians étaient la deuxième nationalité de demandeurs d'asile déboutés en 2020

Les Nigérians étaient la deuxième nationalité de demandeurs d'asile déboutés en Allemagne en 2020

En 2015, plus de la moitié des demandeurs étaient reconnus comme réfugiés ou avaient pu obtenir une autre forme de protection. En 2019, ce nombre est tombé à environ 28%. Dans le même temps, le nombre de demandes d’asile a considérablement baissé, pour passer de 4030 en 2016 à seulement 1054 en 2019...  

La tendance est donc à davantage d’expulsions, déplore Ulla Jelpke. Elle dit avoir reçu une information du Conseil bavarois des réfugiés sur l'expulsion imminente d'une autre Éthiopienne, Sara A., toxicomane.

"Elle est née et a grandi en Allemagne. Elle n'a jamais été en Éthiopie. Et pourtant elle doit y être renvoyée.” 

En 2020, l’Allemagne a expulsé 10.800 personnes de son territoire, soit moitié moins que l’année précédente.  

Le pays a aussi enregistré 30% de demandes d’asile en moins par rapport à 2019, une baisse que Pro Asyl impute directement à la fermeture des frontières dans le contexte de la pandémie de Covid-19. 
 

+++++++++++++++++++++

Les Alpes bavaroises face au tourisme de masse

La montagne attire les touristes, même en période de pandémie

La montagne attire les touristes, même en période de pandémie

Vu d’Allemagne deuxième partie... Installez-vous confortablement, inspirez profondément... Vous le sentez, le bon air des montagnes? Bienvenue dans les Alpes bavaroises ! En hiver, les montagnes y sont recouvertes de neige, un paradis pour les amateurs de nature et de sports d’hiver! 

Rien de tel qu’un bon bol d’air, en effet, pour oublier les restrictions sanitaires en vigueur depuis de nombreuses semaines. Les touristes affluent en nombre, presque encore plus qu’en période normale. Ce tourisme de masse fait débat depuis longtemps en Bavière. Il est en effet un moteur économique pour la région, mais aussi un fléau pour l’environnement et les riverains. Un reportage de Niklas Mönch à Spitzing.

Vu d’Allemagne est un magazine radio hebdomadaire, proposé par Hugo Flotat-Talon et Anne Le Touzé, diffusé le mercredi et le dimanche à 17h30TU, et disponible aussi en podcast. Ont contribué à ce numéro: Daniel Pelz (sujet sur les expulsions en Éthiopie) et Niklas Mönch (reportage dans les Alpes bavaroises). Vous retrouvez tous les numéros dans la médiathèque, à écouter en ligne ou à télécharger en format MP3. Le podcast est également disponible sur certaines plateformes de podcasts.