Des difficultés d′être musulman en Europe | Europe | DW | 21.01.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Des difficultés d'être musulman en Europe

Pour s'intégrer dans le paysage urbain, les mosquées doivent souvent convaincre qu'elles ne sont pas des foyers de fondamentalistes et qu'elles ne prêchent aucun prosélytisme.

Fidèles rassemblés dans la mosquée de Duisbourg, le jour de son ouverture en septembre 2008

Ouverture de la mosquée de Duisbourg, en septembre 2008

L’article 10 de la Charte des droits fondamentaux, proclamée en décembre 2000 à Nice, stipule que « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique (…) la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites. »

En dépit de cet article qui régit la liberté de religion au sein de l’Union européenne, la réalité est toute autre. La construction des grandes mosquées fait face à l’opposition des églises chrétiennes et des politiques les plus conservateurs qui dénoncent une « islamisation de l’Europe. » Tandis qu’à côté de ces bâtiments emblématiques, la grande majorité des musulmans d’Europe continue à fréquenter des salles de prière : des garages ou des caves pour la plupart qui ne leur permettent pas de pratiquer dignement leur religion.

En Italie, la question des mosquées et des salles de prières provoque des polémiques récurrentes. La pratique de l'Islam dans la péninsule a connu une croissance exponentielle ces dix dernières années, au gré des flux migratoires. La moitié des musulmans pratiquants se concentre dans le nord de l'Italie, région où le parti d'extrême-droite, la Ligue du Nord, bénéficie d'une grande popularité et ne manque pas d'attiser les craintes liées à la pratique de l'Islam. A Rome, la situation est moins houleuse mais il n'est pas beaucoup plus facile pour les communautés musulmanes de trouver des lieux de prière adaptés.

Mathilde Auvillain s'est rendue dans une mosquée des quartiers populaires de Rome.

On compte sept grandes mosquées en Espagne, mais celle de Grenade, inaugurée en grande pompe il y a cinq ans, est assez singulière. Tout d’abord parce que c'est la seule qui soit vraiment indépendante. Elle est l'œuvre de la communauté islamique d'Espagne, l'une des deux branches de l'islam dans ce pays qui rassemble des Espagnols convertis depuis les années 70. D’autre part, il y a la force symbolique : la nouvelle mosquée a été érigée tout près de l'endroit où le roi musulman Boabdil a rendu les clés de la ville aux Rois catholiques, symbole de la fin de la reconquête catholique. Alors cinq après, comment cet édifice s’est-il intégré dans la ville et dans son quartier ?

Reportage de François Musseau.