De la terre en barre | Europe | DW | 09.04.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

De la terre en barre

Avec la pénurie alimentaire, la terre confirme son statut éternel de valeur refuge

default

Avec la pénurie alimentaire, les terres agricoles sont devenues des objets de spéculations. En novembre dernier, le Coréen Daewoo a ainsi acheté plus d'un million d'hectares à Madagascar. Au Soudan, pays touché par la famine, l’Egypte a racheté des terres dans le Nord qui lui permettent d’importer chaque année près de deux millions de tonnes de blé pour nourrir sa population. Ce phénomène touche aussi l’Europe, en particulier l’est du territoire qui reste un important réservoir de surfaces agricoles. Il s’agit pour l’essentiel de terres autrefois collectivisées revendues à des fonds d’investissements qui parient sur la flambée des prix des denrées alimentaires.

En Allemagne le prix moyen des terres cultivables est trois fois moins élevé à l’est qu’à l’ouest. Près de vingt ans après la chute du mur, les disparités persistent, y compris dans le domaine agricole, mais pour combien de temps encore ? Depuis 2007, en effet, le prix de l’hectare a augmenté de 15 à 30 % dans certaines régions du Brandebourg, la région qui entoure Berlin. Une flambée qui reflète l’intérêt des investisseurs pour les rendements de la terre mais aussi l’appétit de l’état allemand, engagé depuis la réunification dans une politique de privatisation des surfaces agricoles de l’ex-RDA. Du coup, de nombreux agriculteurs locaux se retrouvent confrontés de sérieux problèmes existentiels.

Reportage dans le Brandebourg de Sophie Grènery.

Les terres agricoles Ukrainiennes seraient-elle le nouvel eldorado des investisseurs étrangers? En effet, l'Ukraine se redécouvre ces dernières années comme une grande puissance agricole, notamment pour ce qui concerne la qualité de son sol. Et dans un monde de plus en plus affamé et à la recherche de nouvelles ressources à exploiter, tous les regards se tournent vers les campagnes ukrainiennes. A commencer par la Libye qui est sur le point d’acheter 100 000 hectares dans l'est du pays, dans le but de garantir sa sécurité alimentaire et celle de ses voisins africains.

Ruée vers les terres noires ukrainiennes, l'ancien grenier à blé de l'URSS : c'est un reportage de notre correspondant à Kiev Camille Magnard.