De graves erreurs de gestion | Vu d′Allemagne | DW | 07.06.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

De graves erreurs de gestion

Les éditorialistes ne sont pas tendres envers les autorités allemandes. Ils dénoncent une mauvaise gestion de la crise de la bactérie E.coli, dont on ne connait toujours pas le vecteur de transmission.

default

La bactérie tueuse est encore bien mystérieuse

La gestion de la crise sous le feu des critiques : voici le gros titre en Une de Die Welt. Dans son éditorial, le quotidien reconnait qu'il est plus facile de critiquer que d'agir, il n'empêche que de graves erreurs ont été commises. Pourquoi les autorités ont-elles longtemps été persuadé que la bactérie provenait des concombres espagnols ? Pourquoi n'ont-elles pas fait le rapprochement plus tôt entre la contamination et les graines germées de Basse-Saxe ? Die Welt cite en effet un rapport publié l'an dernier par l'Institut fédéral d'évaluation des risques, qui attirait l'attention sur la forte présence de bactéries ECEH dans les graines et les mélanges de salades prêts à consommer. Par conséquent, le journal ne comprend pas pourquoi ce même institut n'a pas tiré la sonnette d'alarme lorsque les premiers cas de malades sont apparus début mai et que tous avaient affirmé avoir mangé des crudités. Pour Die Welt, le problème est dû à une mauvaise coordination entre les autorités, entre les différents Ministères, par exemple celui de la Santé et celui des Consommateurs, mais aussi entre le niveau fédéral et les régions.

Sprossen geraten als Ehec-Quelle in Verdacht

Les soupçons pèsent désormais sur des graines germées

La Süddeutsche Zeitung partage cet avis et affirme que le fédéralisme allemand est un obstacle à la bonne gestion des crises. Le consommateur ne sait plus où donner de la tête car il fait face à une multiplication des mises en garde provenant des ministères de chaque Land, c'est-à-dire de chaque région allemande. Pour la Süddeutsche Zeitung, dans ce genre de crise, il faudrait un bureau qui centralise les informations et qui soit le porte-parole auprès de la population. Aujourd'hui, on ne sait plus qui est responsable de quoi, se plaint le journal, qui ne comprend pas pourquoi il faut autant de temps pour trouver l'origine de l'infection.


Pedro Passos Coelho / PSD / Portugal

Pedro Passos Coelho, le nouveau Premier ministre portugais, a du pain sur la planche

Place à l'austérité au Portugal

De son côté, la Frankfurter Allgemeine Zeitung commente la victoire du gouvernement conservateur au Portugal. Il lui incombe la lourde tâche d'appliquer un programme de rigueur, s'il veut recevoir l'aide de 78 milliards d'euros du FMI et de l'Union européenne. Mais pour la F.A.Z, les Portugais ne se font pas d'illusions, ils savent ce qui les attendent : privatisations, hausse des impôts, démantèlement du service public. A voir s'ils décident comme les Grecs de descendre dans la rue. Le nouveau gouvernement de Pedro Passos Coelho doit en tous cas les soutenir dans cette épreuve !

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Jean-Michel Bos

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !