Damné pour l′éternité | Vu d′Allemagne | DW | 10.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Damné pour l'éternité

La décision de la Cour fédérale allemande qui autorise à maintenir un mineur délinquant en rétention de sûreté de manière rétroactive et les déboires d'EADS, le groupe européen d'aéronautique et de défense.

default

Les commentaires sont très mitigés à l'égard de la décision de la Cour fédérale qui permet donc de maintenir un jeune délinquant potentiellement dangereux dans un lieu fermé, une fois sa peine intégralement effectuée et ce de manière rétroactive. La Süddeutsche Zeitung rappelle qu'en Allemagne, la rétention de sûreté est l'équivalent de la peine de mort. La justice n'y a en général recours que dans des cas exceptionnels, pour protéger la population de récidivistes dangereux. La décision de la Cour fédérale revient à prendre le comportement du prisonnier pendant sa détention comme base pour sa détention future ce qui est particulièrement délicat dans le cas d'un jeune délinquant, note le quotidien. S'il se rebelle pendant qu'il est en prison, s'il expose ses frustrations et dévoile ses pulsions violentes - ce que son thérapeute va lui demander - il n'aura aucune chance d'être remis en liberté.

Stacheldraht vor der JVA in Halberstadt

Pour la Tageszeitung, on ne peut pas mettre sur le même plan le comportement d'un adolescent en milieu carcéral et le comportement de ce même adolescent une fois remis en liberté. Dire qu'un adolescent violent en prison le sera forcément une fois libre est extrêmement osé. Dans bien des cas, cela reste seulement une supposition, note le commentateur dont l'article est intitulé "jugement contre la réinsertion".


A l'opposé, die Welt titre "la réinsertion a ses limites". Qui est là pour nous protéger de ce genre de personnes? Voilà une question qui pendant longtemps ne pouvait ni ne devait être posée par la société car dans une démocratie, la justice croit en la réinsertion. Et pourtant, les récidivistes ont toujours existé et existeront toujours, estime le journal. La société n'est pas devenu moins tolérante. Elle est devenue plus sceptique et plus sensible. Elle pense à se protéger et à protéger les possibles victimes. C'est dans cette optique qu'il faut interpréter le jugement de la Cour fédérale.

Tankflugzeug / Northrop / KC-45 / EADS

Boeing est assuré de remporter le méga-contrat de 35 milliards de dollars pour la livraison de 179 avions ravitailleurs.

Un mot sur EADS enfin. En plus des mauvais résulats de l'entreprise en 2009, son partenaire américain Northrop Grumman a annoncé qu'il renoncait à l'appel d'offres du Pentagone pour la fourniture d'avions ravitailleurs. Boeing, le rival américain de EADS est donc certain de remporter ce contrat juteux. La Frankfurter Allgemeine Zeitung donne raison à EADS qui a considéré que l'appel d'offres n'était pas équitable. Le quotidien souligne qu'on ne fait pas des affaires dans le milieu de l'armement comme dans le milieu automobile. Il faudrait que cela change car les pratiques d'aujourd'hui non seulement coûtent cher au contribuable mais l'armée n'est même pas sûre d'obtenir du matériel convenable.

Auteur: Konstanze von Kotze / Edition: A.P

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !