Départ de vétérans du SPD | Allemagne | DW | 29.09.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Départ de vétérans du SPD

Après les législatives de dimanche en Allemagne, le travail a recommencé pour les partis politiques. Pour le parti social démocrate SPD, ce travail signifie une question existentielle

default

Franz Muentefering ne se représentera pas à la présidence du SPD

Alors que la CDU de la chancelière conservatrice Angela Merkel et le FDP du Libéral Guido Westerwelle discutent des détails de leur future coalition gouvernementale. Les sociaux-démocrates du SPD qui, avec 23 % ont réalisé leur plus mauvais score depuis la guerre, se penchent eux sur l’avenir de leur parti.

Le Parti social-démocrate allemand est en crise, c’est indéniable. Après 11 ans de pouvoir, le SPD a été renvoyé dans les rangs de l’opposition. Et les membres de cet ancien parti populaire en cherchent les raisons. L’aile gauche surtout veut une restructuration du parti, une cure de jouvence de ses cadres aussi. Et ce mardi des têtes sont tombées au sein du SPD. Ce matin déjà le Secrétaire général du SPD, Hubertus Heil, et l'un de ses vice-présidents, Peer Steinbrück (par ailleurs ministre des Finances de la coalition gouvernementale sortante) ont annoncé qu’ils quitteraient leurs fonctions après le prochain congrès du SPD à la mi-novembre à Dresde.

Merkel und Steinbrück im Bundestag 8 September 2009

Peer Steinbrueck, (à droite) ne se représentera pas à la vice-présidence du SPD

Ce soir, lors d'une réunion du groupe parlementaire de son parti au Bundestag à Berlin, c’est le président du SPD lui-même, Franz Müntefering qui a annoncé à son tour abandonner ses fonctions. Départ de vétérans donc auxquels on attribue une part de la défaite, avec des réformes sociales dures pour l’électorat au sein de l’agenda 2010, telles que Hartz 4 ou bien la retraite à 67 ans. L’un des artisans de cet agenda pourtant, le candidat défait à la chancellerie, Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères et vice chancelier du gouvernement sortant a lui par contre été élu ce mardi, avec 88 % des voix des députés sociaux démocrates au poste de chef du groupe parlementaire SPD au Bundestag. Il dirigera donc le principal groupe d'opposition à la coalition gouvernementale conservatrice-libérale (CDU- FDP) de la chancelière Angela Merkel.

Andrea Nahles Flash-Galerie

Andrea Nahles

Déjà des noms sont avancés, tels que, celui de Sigmar Gabriel, jusqu’ici ministre fédéral de l’Environnement pour succéder au président du parti Müntefering, celui d’Andrea Nahles jeune et dynamique représentante de l’aile gauche pour succéder à Hubertus Heil au poste de Secrétaire Général ou bien encore celui du bourgmestre règnant de Berlin, Klaus Wowereit. A noter que ces deux derniers, Nahles comme Wowereit plaident pour un rapprochement au plan fédéral avec le parti de La Gauche, „Die Linke". Ce parti qui rassemble les décus de la social démocratie à l’ouest ( représentée par un Müntefering ou un Steinmeier) et les néo-communistes à l’est, a obtenu près de 12% aux législatives. Un tel rapprochement a toujours été qualifié de „tabou" par Steinmeier. Or, selon Klaus Wowereit qui gouverne déjà au niveau de la ville- Etat de Berlin avec Die Linke, "ce tabou doit tomber" si l’on ne veut pas rester dans l’opposition lors des prochaines législatives en 2013.

  • Date 29.09.2009
  • Auteur Ph.Pognan / E.C.
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/JtuP
  • Date 29.09.2009
  • Auteur Ph.Pognan / E.C.
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/JtuP