Défenseurs des droits de l′Homme assassinés en Russie | International | DW | 04.08.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Défenseurs des droits de l'Homme assassinés en Russie

C'est demain que s'ouvre un nouveau procès pour élucider l'assassinat de la journaliste Anna Politkovskaia.

Anna Politkovskaya at the Edinburgh International Book Festival, pictured August 16, 2005. Known as a corageous critic of the Russian regime. Anna was called in to help mediate in the Moscow theatre seige. She has also survived a poison attempt by government agents. Foto: Simon Hollington +++(c) dpa - Report+++

Anna Politkovskaya à la Foire internationale du Livre à Edinbourgh en août 2005

Rappelons qu'en première instance -en février dernier - les accusés avaient été acquittés. La Cour suprême a annulé le 25 juin dernier ces acquittements. Mais les enfants de la journalistes et ses collègues réclament un renvoi de l'affaire au Parquet pour une nouvelle enquête. Ils veulent obtenir les preuves que les quatre accusés sont bien les assassins d'Anna Politkovskaia et savoir qui est le commanditaire alors que les meurtres de journalistes et défenseurs des droits de l'Homme se poursuivent en Russie...

La Russie a beau avoir changé de régime, on se croirait parfois revenu aux plus sombres heures de l'union soviétique. Anna Politkovskaia qui avait dénoncé les violences russes en Tchéchénie avait été tuée par balles dans son immeuble de Moscou en octobre 2006. D'autres militants de la scéne des droits de l'homme ont d'ailleurs été abattus durant ce procès. Notamment l'avocat de la famille Politkovskaia, Stanislav Markelov, assassiné le 19 janvier dernier. Et comme par hasard, toujours dans ce même cercle de défenseurs des droits de l'homme, Natalia Estermirova, une amie de Anna Politkovskaia était elle aussi abattue en juillet. Elle avait également dénoncé les violations des droits de l'homme en Tchétchénie. Elle venait d'évoquer sur internet l'exécution d'un soi-disant rebelle par des soldats. Natalia Estermirova n'était pas naive. Elle savait ce qu'elle risquait. " C'est mon travail, avait-elle déclaré. Si je ne m'occupe pas de ces cas non éclaircis, personne ne le fait. Nous voulons aider les gens ici, quelque soit le prix à payer. »

Estemirova Menschenrechtlerin im Nordkaukasus erschossen

Natalia Estermirova, elle aussi assassinée en juillet 2009.

Pour André Glücksmann, philosophe et écrivain, qui avait défendu les dissidents du temps de l'union soviétique:"Il n'y a aucun mystère. Natalia Estemirova a été supprimée parce qu'elle combattait le mensonge et l'obscurité d'Etat " a-t-il déclaré dans les colonnes de notre confrère le Monde. Alors qui pourrait avoir intérêt à faire taire ces voix critiques? Les organisations des droits de l'Homme, pointent du doigt le président de Tchéchènie Ramsan Kadyrov, l'homme fort de Moscou. Une rumeur fait même état d'une liste présidentielle de 500 personnes considérées comme indésirables et donc à abattre. Parmi ces noms aurait figuré Umar Israilov, un fugitif tchéchène, assassiné en pleine rue de Vienne, le 13 janvier dernier. Il affirmait avoir été personnellement torturé par Kadyrov, son avocat n'était autre que Stanislav Makelov. D'autres ont eux aussi été liquidés. Et aucun de ces assassinats n'a jusqu'à présent été élucidé.

  • Date 04.08.2009
  • Auteur Elisabeth Cadot/Marie-Ange Pieorron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/J3Xe
  • Date 04.08.2009
  • Auteur Elisabeth Cadot/Marie-Ange Pieorron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/J3Xe
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !