Début de trois semaines de confinement en Inde | International | DW | 25.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Début de trois semaines de confinement en Inde

Plus d'un tiers de l'humanité est sommé de rester à la maison à cause du Covid-19. L'Inde se confine à son tour et ceux qui ne respectent pas les restrictions risquent de se retrouver en prison.

Deuxième pays le plus peuplé du monde derrière la Chine, l'Inde compte officiellement 562 cas confirmés et neuf morts. Mais les experts jugent ce nombre sous-estimé en raison de la faible quantité de tests réalisés.
Des rues vides et du silence : l’Inde tourne au ralenti depuis ce mercredi. Les avions sont cloués au sol, les trains ne roulent plus, le service de bus est réduit.

Les différentes régions ont fermé leurs frontières pour éviter la propagation du virus à la faveur de déplacements de population. Le mot d’ordre comme dans de nombreux pays est : "Restez à la maison".

Mais les autorités assurent que les services essentiels (pharmacies, commerces alimentaires, hôpitaux, police et médias) continueront à fonctionner.

Même si les mesures sont drastiques, de nombreux Indiens sont prêts à les accepter. C'est le cas de Nilesh Shah. "Si nous voulons sauver notre pays et ne pas avoir autant de malades que dans d'autres pays, il est très important que nous restions à la maison. Je dirais: un pour tous, tous pour un", explique-t-il.

Les mesures pour éviter la propagation du Coronavirus Covid-19 en Inde ont été annoncées à la télévision par le Premier ministre Narendra Modi.

Les mesures pour éviter la propagation du Coronavirus Covid-19 en Inde ont été annoncées à la télévision par le Premier ministre Narendra Modi.

Des mesures  obligatoires

Ceux qui sont contrôlés dans la rue sans raison valable risquent jusqu'à deux ans de prison.

L'Inde, comme l'Allemagne, est un pays fédéral et les Etats peuvent prendre des décisions autonomes. Mais le recours à une loi qui leur accorde des pouvoirs étendus inquiète. Gola Mohammad réside dans un quartier où la police procède à des contrôles."Aujourd'hui, tout est fermé. J'ai réussi à venir à mon travail avec beaucoup de difficultés. Les forces de sécurité ne m'ont autorisé à passer qu'après leur avoir montré ma carte de service", raconte-t-il.

Ce confinement complique la situation pour tous mais particulièrement pour les travailleurs journaliers, aujourd'hui sans emploi et donc incapables de payer leur loyer.

Beaucoup préfèrent quitter New Delhi pour la campagne, ce qui risque de propager le virus dans les zones rurales.

Mais les journaliers qui sont restés dans les métropoles n'ont pas tellement peur du virus pour le moment, ils redoutent plutôt de mourir de faim.
 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !