Crise migratoire, une solution pour bientôt? | Vu d′Allemagne | DW | 19.06.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Crise migratoire, une solution pour bientôt?

Dans les journaux, la décision de la justice allemande de placer en détention provisoire le patron du constructeur automobile Audi et la gestion des réfugiés en Allemagne qui divise.

Angela Merkel ne veut pas subir la pression de la CSU et du ministre de l'Intérieur Seehofer. Elle compte sur l'Europe dans le conflit migratoire. Mais est-ce suffisant? s’interroge der Spiegel. Selon le journal, la chancelière reste égale à elle même sur ce dossier migration, elle ne se précipite pas pour prendre une décision. 
Pour la Frankfurter Rundschau, cette crise porte tout de même un coup dur à l'autorité d‘Angela Merkel. Et le journal se demande comment Merkel et Seehofer pourraient travailler ensemble dans le futur. 
Si Merkel échoue au niveau de l'Union européenne, le quotidien Bild rappelle que Seehofer prendra la décision unilatérale de rejeter les réfugiés à la frontière ce qui obligerait la chancelière à le limoger. Et le tabloïd précise que même si un éclatement de la coalition au pouvoir est pour le moment évité, le temps presse tout de même pour qu’une solution soit trouvée.

Rupert Stadler le patron d'Audi en détention provisoire dans le cadre de l'affaire Dieselgate.

Rupert Stadler le patron d'Audi en détention provisoire dans le cadre de l'affaire Dieselgate.

Une détention provisoire et des interrogations

"Le Patron d’Audi est en congé", c’est ainsi que titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung son article sur la détention provisoire de Rupert Stadler, le PDG du constructeur automobile. Il est le premier très haut responsable dans l'enquête tentaculaire sur le scandale des moteurs diesel truqués a être incarcéré. La FAZ précise que s’il a été provisoirement remplacé, Rupert Stadler "n'est pas licencié et la société a annoncé qu’il était en congé.” Mis en cause fin mai pour "fraude" et complicité d'"émission de faux certificats", Rupert Stadler est soupçonné "d'avoir voulu influencer des témoins ou d'autres suspects". Selon la Süddeutsche Zeitung, les enquêteurs semblent être particulièrement intéressés par un appel téléphonique suspect  du patron d’Audi. Le journal qui précise par ailleurs que sa mise en cause est en partie liée à un courriel adressé "fin 2015" au dirigeant, le mettant au courant de l'utilisation de logiciels irréguliers.
Selon la FAZ, on ignore combien de temps Rupert Stadler restera en prison.