Crise anglophone au Cameroun : comment éviter l′escalade ? | Arbre à palabre | DW | 24.11.2017
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Crise anglophone au Cameroun : comment éviter l'escalade ?

Preuve de la tension qui règne sur le terrain, des groupes d'autodéfense se sont formés pour combattre ce qu'ils qualifient de "force d'occupation", en référence aux éléments de l'armée camerounaise déployé par le gouvernement. Des groupuscules appelés "terroristes" par le pouvoir à Yaounde. Certains observateurs parlent de risque de guerre civile. Mais en est-on vraiment à ce point ?

Écouter l'audio 25:45

Depuis plus d'un an, les revendications sécessionnistes dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun ont repris avec une ampleur particulière. Après des manifestations organisées par les leaders sécessionnistes et la réaction musclée du pouvoir central de Yaounde, la crise semble plus proche d'une escalade que d'un règlement pacifique.

Des militaires de l'armée camerounaise et de nombreux civils sont tués depuis le début de la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun, malgré des efforts de médiation et des appels au calme. Face à la radicalisation et l'existence de groupuscules armés, des observateurs parlent du risque de guerre civile. Mais en est-on vraiment à ce point ?

Que fait le gouvernement camerounais pour calmer la situation et qu'est-ce qui a bougé du côté des leaders anglophones dans le sens de l'apaisement ? Fréjus Quenum reçoit trois invités :

- Issa Tchiroma Bakary, Ministre de la communication, porte-parole du gouvernement camerounais

- Jean Takougang, ministre de la formation professionnelle et de l'éducation dans le shadow cabinet du SDF (Social Democratic Front) et défenseur fédéraliste de la cause anglophone
- et Hilaire Kamga, Juriste, Secrétaire Exécutif de la plateforme de la société civile pour la démocratie