1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
 Demokratische Republik Kongo | Coronavirus | Schulstart
Image : Getty Images/AFP/A. Mpiana

Covid-19 : les Congolais hésitent à se faire vacciner

Jean Noël Ba-Mweze
18 octobre 2021

Après une suspension en juillet par manque de vaccins, la campagne a repris. Mais, peu de personnes se font vacciner contre la Covid-19.

https://p.dw.com/p/41nsg

Selon les centres de vaccination visités à Kinshasa par le correspondant de la DW, les fréquentations varient entre 15 et 30 personnes par jour, ce qui est peu pour une ville d’environ 15 millions d’habitants.

Certains centres ne disposent d’ailleurs que du vaccin Moderna car les Congolais se méfient d’AstraZeneca.

"Je me suis décidé à me faire vacciner contre la Covid-19 car c'est une épidémie qui est répandue dans le monde entier et puisqu'on nous a trouvé les vaccins, j'ai eu le courage de me faire vacciner, pour prévenir la pandémie", témoigne René Tshibuabua, enseignant rencontré au centre Dream, une structure de santé située à Bibwa, dans l'est de Kinshasa. 

Kongo, Bukavu: Näherinnen erstellen Schutzmasken gegen Corona
Image : DW/M. El Dorado

Dans ce centre nouvellement installé, les gens viennent pour se faire vacciner avec Moderna, l'unique option disponible à Dream, comme dans certains autres sites de la capitale congolaise.

"Nous partons sur une moyenne d'environ deux flacons, donc 30 doses par jour pour le moment. Le tout c'est de faire un effort pour ne pas gaspiller les vaccins. Nous commençons par sensibiliser les malades qui sont avec nous. Pour la plupart, ils répondent facilement. En moyenne, 30 personnes sont attendues par jour", explique le docteur Julien Ndeze, responsable du centre. 

Sensibilisation

Cette situation nécessite plus de sensibilisation, car ce nombre est faible. Mais ils sont encore moins nombreux au centre de vaccination de l'hôpital général de Kinkole, que nous avons également visité, en compagnie de docteur Trésor Mputsu, coordonnateur du centre de traitement de la Covid-19 dans cet hôpital.

Les explications de Jean-Noel Ba-Mweze

"Au début, nous n'avions même pas cinq personnes par jour. Mais actuellement, la moyenne des personnes vaccinées c'est autour de dix à quinze par jour. C'est quand-même un point positif dans la sensibilisation. L'acceptation de la vaccination est palpable dans la communauté", soutient Trésor Mputsu.

Acceptation palpable, selon le docteur Mputsu, mais le personnel de santé semble pourtant désœuvré, attendant que les gens viennent pour se faire vacciner.

Calvin Kabuayi est retraité, il nous a parlé juste après s’être fait vacciner, pour convaincre ceux qui hésitent encore.

"Jusqu'à présent, après avoir eu le vaccin, je sens qu'il n'y a rien. Je me sens comme lorsque je suis venu. N'ayons pas peur, il faut nous faire vacciner de façon de ne pas arriver au pire. C'est gratuit, vendez-vous faire vacciner. Si on a peur du vaccin, mais la mort aussi vous attend", indique Calvin Kabuayi.

Port du masque obligatoire

Par ailleurs, si le port du masque dans les lieux publics reste officiellement obligatoire, cette mesure est loin d’être toujours respectée. Enfin, la mise à jour des statistiques par l'Institut national des recherches biomédicales (INRB) est devenue rare.

Des élèves dans leur salle de classe à l'école Reverend Kim à Kinshasa le 10 août 2020
Des élèves dans leur salle de classe à l'école Reverend Kim à Kinshasa le 10 août 2020Image : Getty Images/AFP/A. Mpiana

À propos des statistiques toujours, il faut rappeler que, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre réel des contaminations à la Covid-19 serait en Afrique sept fois plus élevé que les chiffres officiels. Ceux-ci, toujours selon l’OMS, ne prendraient pas en compte les sujets asymptomatiques qui ne seraient pas détectés faute de tests.

L’OMS estime ainsi que le nombre de personnes contaminées sur le continent est donc de 59 millions et non pas huit millions selon les statistiques officielles délivrées par les États.