Covid-19 : l′école par les médias au Cameroun | Afrique | DW | 06.04.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Coronavirus

Covid-19 : l'école par les médias au Cameroun

Face à la propagation du virus, le gouvernement qui avait fermé les écoles, a lancé ce lundi (06.04.20) sur les médias des cours à destination des élèves qui préparent les examens officiels.

Les écoliers camerounais n‘ont pas le même privilège face au Covid-19

Les écoliers camerounais n‘ont pas le même privilège face au Covid-19

Kaurelle et Kaurselle, deux sœurs d’une école primaire à Douala, viennent de suivre leur premier cours via la télévision camerounaise.

"Je trouve le cours-ci bien“, dit l'une. “Je trouve le cours-là intéressant, et j’ai retenu tout ce qu’elle a dit", ajoute l'autre.

Mais tous les écoliers des classes d’examens n‘ont pas eu le privilège de Kaurelle et Kaurselle. De nombreux enfants n’étaient même pas au courant de la diffusion de cours dans les médias. 

Monsieur Kaïditi du quartier Essengue s’engage à faire rattraper le retard à ses enfants. 

“Moi, je vais chercher à me préparer ce soir alors, pour me mettre à jour.“

Coupures intenpestives d'électricité

A 70 kilomètres à l’est de Douala, Madame Lissouke témoigne également de l’impossibilité pour ses enfants d’avoir accès à ces cours par la radio et la télévision: 

"Je n’ai pas la télé à la maison. Je n’ai même pas le courant. Ça fait un an maintenant qu’on n’a pas le courant. Nos enfants sont à la maison, ils ne sont même pas au courant que les cours se passent par la télé maintenant."

Des professionnels expérimentés au service de l'école

Des professionnels expérimentés au service de l'école

Les enseignements menés par des professionnels

Mais le problème d’électricité n’épargne pas les habitants des grandes villes comme Douala ou Yaoundé, explique Dr Louisson Njoh Mbongue, enseignant à la retraite. 

“Sur le plan pédagogique, le cours est assez bien fait. Moi j’ai commencé à suivre le cours de français, et alors que le cours d’anglais venait de commencer, le courant est parti. Jusqu’à ce moment, le courant n’est pas revenu. Si un enfant suivait le cours, alors forcément, il a perdu le fil“.  “Mais je crois que c’est un palliatif pour ne pas laisser les enfants abandonnés à eux-mêmes, et une solution pour ceux qui peuvent déjà l’exploiter. C’est déjà tant mieux. Le cours est bien fait. Le problème ne se pose pas au niveau de la qualité du cours. Le problème se pose au niveau de l’adaptation des enfants à ce nouvel outil“, s'inquiète Dr Louisson Njoh Mbongue.

Le numéro 8018 a été communiqué aux élèves pour transmettre leurs questions par SMS. Ils sont appelés à aller recevoir les réponses sur le site web de la radiotélévision nationale camerounaise. 

Le Cameroun a franchi la barre de 650 cas d'infection au Covid-19. 

A lire aussi → Covid-19 : doit-on craindre le pire au Cameroun ?

Audios et vidéos sur le sujet