Covid-19 : inquiétudes sur sa mutation | Afrique | DW | 25.05.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Covid-19 : inquiétudes sur sa mutation

La Covid-19 est susceptible de connaître des mutations. Ce phénomène habituel dans le monde des virus pourrait toutefois être ou non, source de dangers.

Une femme passe devant un grafitti mural à Abidjan (Archives - 15.05.2020)

Une femme passe devant un grafitti mural à Abidjan (Archives - 15.05.2020)

Alors que la pandémie de la Covid-19 continue de causer des décès à travers le monde, des études révèlent une mutation qualifiée de préoccupante du virus. L'alerte sème des inquiétudes y compris en Afrique. Mais d'autres experts tentent de minimiser les conséquences d'une telle mutation. 

Arbre généalogique

Comme les hommes, les virus ont un arbre généalogique. Le virus de départ subit des mutations au fur et à mesure qu'il se propage.

Nextstrain, une plateforme virtuelle qui suit la propagation de la Covid-19, estimait en avril que le virus subissait des mutations tous les 15 jours en moyenne.

Benjamin Djoudalbaye, médecin tchadien et expert des maladies infectieuses explique que "le coronavirus est un virus ARN. Et la particularité de ces virus c'est justement qu'ils se multiplient. À chaque nombre de réplication, il y a des erreurs de copie et ces erreurs de copies peuvent potentiellement induire des mutations".

Pour le spécialiste, "ce sont des choses à surveiller de près".

Y a-t-il lieu de s'inquiéter ?

Les réponses données par les scientifiques ne sont pas exactement les mêmes.

Alfred Ouédraogo, médecin burkinabé et secrétaire général du Syndicat des médecins du Burkina Faso (Symeb) insiste sur le risque que des mutations pourraient induire en Afrique, dans le cas de la pandémie de la Covid-19.

La dépouille d'un patient décédé de la Covid-19 transporté pour être inhumé (Archives - Somalie, 13.05.2020)

La dépouille d'un patient décédé de la Covid-19 transporté pour être inhumé (Archives - Somalie, 13.05.2020)

"Si ce virus mute, nous n'aurions pas l'occasion d'être pris en compte dans les candidats vaccins au cas où ces vaccins tiendraient compte des souches que nous n'avons pas sur notre continent ou dans nos régions", avertit-il.

Alfred Ouédraogo souligne alors "l'importance de procéder à des surveillances périodiques avec le séquençage du génome pour voir si le virus a muté, si ces mutations touchent des zones d'enjeu immunologique et si ces mutations ne permettent pas du reste au virus, d'échapper aux diagnostics faits sur la base des 'primers' fabriqués en Occident".

Or aussi menaçant que cela paraît, Nextstrain assure que la mutation ne veut pas forcément dire que le virus devient encore plus dangereux.

L'existence de formes bénignes de Covid-19 permet ainsi de supposer que la mutation peut aussi diminuer la dangerosité du virus.

Écouter l'audio 03:18

"Si ce virus mute, nous n'aurions pas l'occasion d'être pris en compte dans les candidats vaccins" - Dr Alfred Ouédraogo

Risque de propagation innocente

Dans ce cas, le danger serait que les patients pourraient sans le savoir, propager le virus tout en échappant à la surveillance des services médicaux.

Benjamin Djoudalbaye, spécialiste des maladies infectieuses et par ailleurs chef de la division communication du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l'Union africaine assure à cet effet, que "dans le cadre de l'institut africain du génome, (le CDC) a outillé 12 Etats membres pour faire la surveillance et suivre le génome viral : le Nigeria, le Ghana, le Sénégal, le Maroc, le Kenya, l'Afrique du Sud etc., dont les capacités ont été renforcés".

Mais selon Benjamin Djoudalbaye, "même quand un virus mute, il va toujours y avoir une partie de ce virus qui reste stable. Et cette partie qui est stable va pouvoir permettre le développement, soit des vaccins ou des médicaments pour pouvoir y répondre. Donc tous ces aspects sont pris en compte et nous sommes en train de surveiller cela de très près". 

Une unanimité se dégage cependant sur le fait que les mutations aideraient les chercheurs à retracer le parcours géographique du virus et sa rapidité et éventuellement aussi, démentir des théories conspirationnistes portant sur l'origine présumée du virus.