Coups durs pour les partisans de Gbagbo | Afrique | DW | 26.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Coups durs pour les partisans de Gbagbo

Les autorités ivoiriennes ont arrêté Laurent Akoun, secrétaire général du Front patriotique ivoirien, parti de Laurent Gbagbo. Justin Koné Katinan (photo), porte-parole de l'ex-président a lui été interpellé vendredi.

Selon les informations de notre correspondant à Abidjan, Lauret Akoun a été interpellé ce dimanche par la gendarmerie dans la localité d'Adzope, sa région natale. Son adjoint, Alphonse Douati est détenu depuis déjà huit jours. Selon des sources proches de la direction du FPI, le secrétaire général du parti a été conduit à la brigade de recherche de la gendarmerie, à Abidjan. Pour le moment, les autorités ivoiriennes n'ont pas communiqué sur les raisons de cette arrestation.

John Dramani Mahama Vereidigung als Staatschef Ghanas

Quelle sera l'attitude du nouveau président ghanéen John Dramani Mahama ?

Justin Koné Katinan arrêté au Ghana

Arrêté vendredi soir à Accra au Ghana, le porte-parole en exil de Laurent Gbagbo attend lui la décision des autorités ghanéennes concernant son extradition ou sa libération. Jusque-ici, un seul mandat d'arrêt international émis par la justice ivoirienne contre des exilés du camp Gbagbo a été exécuté. Il s'agit de l'ancien ministre de la Défense Moïse Lida Kouassi, arrêté au Togo le 6 juin puis extradé en Côte d'Ivoire.

Si l'avocate de Justin Koné Katinan affirme que son client est protégé par son statut de réfugié politique, la justice ghanéenne l'a d'ores et déjà entendu sur les accusations du gouvernement ivoirien qui le soupçonne d'être derrière les récentes attaques à Abijan.

Elfenbeinküste Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo attend d'être jugé par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité.

Le Ghana, refuge pour de nombreux pro-Gbagbo

Visé par un mandat d'arrêt pour "crimes économiques", Justin Koné Katinan a été ministre du Budget de Laurent Gbagbo durant la crise postélectorale, entre décembre 2010 et avril 2011. Après la chute de son mentor, il se réfugie au Ghana comme de nombreux responsables politiques et militaires de l'ex-régime.

Malgré les demandes répétées du président Alassane Ouattara, Accra a jusqu'ici toujours refusé d'exécuter les mandats d'arrêt visant des exilés pro-Gbagbo sur son sol. L'arrestation de Justin Koné Katinan intervient cependant quelques semaines après l'arrivée au pouvoir de John Dramani Mahama, installé après le décès, fin juillet, de son prédécesseur John Atta Mills.

Nouvelle attaque contre les FRCI

L'arrestation de ces deux proches de Laurent Gbagbo intervient en plein regain de tensions en Côte d'Ivoire. Samedi, l'armée ivoirienne a de nouveau été prise pour cible par des inconnus armés, dans le sud du pays, près de Grand-Lahou. Un militaire, deux assaillants et un civil ont été tués, selon le ministre de la Défense Paul Koffi Koffi qui estime cependant que cette attaque ne ressemble pas aux précédentes. Depuis le début du mois, une dizaine de militaires ont été tuées dans des violences que les autorités attribuent à des miliciens et à des militaires, fidèles à l'ancien chef de l'Etat et qui bénéficieraient du soutien d'exilés au Ghana.

La rédaction vous recommande