Coronavirus : malgré l′appui financier, les étudiants veulent rentrer chez eux | Afrique | DW | 14.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Coronavirus : malgré l'appui financier, les étudiants veulent rentrer chez eux

Depuis le déclenchement de l'épidémie en Chine, les étudiants africains sont confinés chez eux. Leurs Etats leur viennent en aide, ils estiment toutefois que cela n'est pas suffisant.

L'institut Pasteur du Sénégal a reçu des experts pour réfléchir sur le virus

L'institut Pasteur du Sénégal a reçu des experts pour réfléchir sur le virus

Plusieurs semaines que les étudiants africains sont confinés dans leur domicile dans la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie. Depuis le déclenchement à la mi-décembre du Coronavirus, appelé Covid-19 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ils réclament l’intervention de leurs pays.  Sur le continent africain, plusieurs pays du Maghreb ont pu faire rapatrier leurs concitoyens. Mais ce n’est pas le cas pour les pays d’Afrique subsaharienne.

Aucun rapatriement en vue

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) se réunissent vendredi (14.02.20) à Bamako, au Mali pour se préparer à l’arrivée de malades du Covid-19. Il s’agit "d’évaluer l’état de préparation régional et national en termes de surveillance, de gestion des cas, de prévention et de contrôle des infections, de laboratoires et de communication des risques", précise un communiqué de presse de la CEDEAO.

Selon l'Agence France-Presse (AFP), le ministère égyptien de la santé a annoncé, vendredi (14.02.20), un cas du Covid-19, sans préciser la nationalité du patient. A ce jour, aucun cas du virus n’a été déclaré en Afrique subsaharienne. En revanche, les gouvernements africains n’ont pas engagé les mesures nécessaires pour rapatrier les étudiants bloqués à Wuhan, dans la province de Hubei. Malgré tout, plusieurs pays ont transféré des fonds pour soutenir financièrement les étudiants. "Nous avons envoyé de largent pour leur permettre de sapprovisionner et de mieux vivre dans cette situation de stress.", affirme à la Deutsche Welle le ministre nigérien de l’Enseignement supérieur, Sadissou Yahouza.

Le Sénégal a transféré également des fonds aux étudiants. Mais son président Macky Sall a dit il y a quelques jours que le pays n’avait pas les moyens de les prendre en charge médicalement.

Volonté politique

Le ministre Sadissou Yahouza confirme que rien n’est encore prévu pour ce qui concerne le rapatriement des étudiants nigériens. Une quarantaine d’étudiants nigériens de la province de Hubei ont reçu environ 20 millions de francs CFA. Mais ce n’est pas le cas de tous les Nigériens bloqués en Chine, selon Abdoulaye Maman Hassan, secrétaire général des étudiants nigériens de Chine "beaucoup réclament le rapatriement. Honnêtement, la situation empire. Les autres camarades attendent impatiemment l’aide du gouvernement pour faire face à la situation".

La situation est quasiment la même pour les étudiants guinéens. Ils ont reçu, cette semaine, une aide de 15.000 dollars, un peu plus de 140 millions de francs guinéens. Toutefois leur rapatriement n’est pas à l’ordre du jour. Sur les réseaux sociaux, en réaction à la vidéo d’un étudiant guinéen sur la page Facebook de la Deutsche Welle, certains Guinéens craignent une contamination si ces 23 étudiants guinéens rentraient au pays.

Mais ces derniers réclament toujours leur rapatriement, insiste Séidou Kéita, étudiant à Wuhan. Il explique qu’ils n’ont pas eu  "une réponse favorable de la part de lEtat pour le rapatriement. Même sils nont pas les moyens, il y a des pays qui ont coopéré avec dautres pays pour pouvoir rapatrier leurs étudiants". Selon lui "il y a un problème de volonté".

Les centres de santé en Afrique pas tous adaptés pour faire face à l'épidémie

Les centres de santé en Afrique pas tous adaptés pour faire face à l'épidémie

Services sanitaires pas adaptés

Les étudiants camerounais, pour leur part, n’ont obtenu ni aide, ni une promesse de rapatriement. Ils ont reçu une lettre des autorités camerounaises la semaine dernière. "Il ny avait rien de concret dans la note", assène Gyldas Dimick Simo Fankam, étudiant camerounais à Wuhan. Confiné depuis plusieurs semaines, il estime, à l'instar de ses camarades, avoir peur, être stressé, affamé. Même si le rapatriement lui ferait plaisir, il croit que l’opération peut être difficile.

"Il est clair que loption du rapatriement est une option quil faudra envisager. Même si nos services sanitaires par exemple ne sont pas à la pointe de la technologie" estime le jeune étudiant.

Par aillaurs, l’étudiant camerounais infecté par le covid-19 en Chine est guéri. Il est sorti de l’hôpital lundi (10.02.20), selon l’ambassade de Chine au Cameroun.