Contre les barrières de l′UE, les organisations humanitaires se réunissent en Grèce | International | DW | 18.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Contre les barrières de l'UE, les organisations humanitaires se réunissent en Grèce

L'Union européenne se barricade, y compris l'Allemagne. C'est pour aller à l'encontre de cette tendance que des organisations humanitaires de toute l'Europe sont réunies jusqu'à samedi sur l'île de Chios en Grèce.

Écouter l'audio 01:58

"Notre conférence est aussi un signe de solidarité" (Katharina Stamm)

La conférence sur l'asile n'a pas choisi son lieu par hasard : elle se tient là où les conséquences de la politique migratoire européenne sont les plus visibles et les plus dramatiques: l'île de Chios, à quelques encâblures de la côte turque, d'où arrivent encore des exilés à bord de canots pneumatiques au péril de leur vie. 

Griechenland Haftanstalt auf Chios (Getty Images/AFP/L. Gouliamaki)

Le centre de détention sur l'île de Chios

Le camp de réfugiés de Vial. Des enfants jouent au milieu des monceaux de déchets, tout près des fils barbelés. Deux mille réfugiés de Syrie, d'Irak, d'Afghanistan et d'Afrique ont échoué dans ce camp.

"Je suis ici depuis 17 mois et quand je questionne pour savoir où en est ma demande d'asile, on me dit d'attendre ! '" se plaint un jeune Irakien, tandis qu'un autre ajoute: "la nourriture qu'ils nous donnent n'est pas bonne, le pain est mauvais."

 

Les organisations humanitaires se mobilisent

Greichenland Flüchtlinge protestieren auf Chios (imago/ZUMA Press)

Des réfugiés protestant contre la décision de la Grèce de les expulser

Les réfugiés du camp de Vial se sentent oubliés du monde. C'est pour eux, mais aussi tous les autres réfugiés, que 130 militants d'organisations humanitaires européennes sont réunis depuis lundi pour une conférence sur l'asile à Chios. Katharina Stamm de la Diakonie Allemagne, l'organisation caritative de l'Église protestante a tenu à faire le déplacement.

"Notre conférence est aussi un signe de solidarité", explique-t-elle. "Je pense qu'il est très important qu'on montre à la Grèce et aux structures d'accueil qu'on ne les laisse pas tomber. On continue à regarder, à écouter. Aider concrètement, en revanche, c'est difficile."

Difficile mais pas impossible : en matière de regroupement familial, par exemple, des juristes bénévoles de la Diakonie viennent en aide aux familles qui restent bloquées pendant des mois en Grèce alors que leur demande de regroupement a été validée - si besoin en allant jusqu'au tribunal.

Certains pays européens empêchent les organisations de faire leur travail

En Hongrie, il est en revanche interdit dans certains cas d'aider les demandeurs d'asile à remplir leurs papiers. Ceux qui le font encourent des peines de prison.

Flüchtlingsrettungsschiff auf dem Mittelmeer «Mare Jonio» (picture-alliance/dpa/ Mediterranea/Sea Watch)

Le Mare Jonio, affrété par plusieurs associations et battant pavillon italien, est en route pour patrouiller au large de la Libye

L'Italie et Malte empêchent les organisations humanitaires d'accoster dans leurs ports après le sauvetage de migrants en mer. Toute forme de "culture d'accueil" semble freinée, déplore Katharina Stamm: "nous sommes dos au mur, il faut le dire clairement", affirme-t-elle.

Pas question pour autant de baisser les bras, et c'est même le contraire. Les militants présents à Chios ces jours-ci veulent coordonner davantage leurs activités.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !