Contestation en Guinée : cinq ans de prison requis contre les initiateurs | Afrique | DW | 18.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Contestation en Guinée : cinq ans de prison requis contre les initiateurs

Le parquet requiert la peine maximale à l'encontre des principaux initiateurs des manifestations à Conakry. L'incertitude subsiste sur le moment où le tribunal rendra son jugement.

Écouter l'audio 02:35

Explications depuis Conakry à 17h TU

La salle était bondée, le tribunal sous haute surveillance. Un tribunal de Conakry jugeait ce vendredi les principaux initiateurs des manifestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé en Guinée. Le parquet a finalement requis la peine maximale de cinq ans de prison ferme à l'encontre des principaux initiateurs, des dirigeants du Front national pour la défense de la Constitution. Une peine qui serait assortie d'une amende de deux millions de francs guinéens chacun (soit 194 euros).

"Appel à l'insurrection"

La contestation a fait dix morts parmi les manifestants et 70 blessés par balle selon le FNDC

La contestation a fait dix morts parmi les manifestants et 70 blessés par balle selon le FNDC

Le procureur a assimilé leur appel à "un appel à l'insurrection". Il a parlé de "propos insidieux, graves et dangereux pour l'ordre public". Il a demandé la relaxe d'un huitième prévenu. Selon notre correpondant sur place, le jugement pourrait être rendu dès ce vendredi soir, mais l'incertitude subsiste. 

Lire aussi → "On pourrait simplement réviser la Constitution en Guinée"

Le correspondant de la DW à Conakry Bangaly Condé était en direct du tribunal dans le journal de 17h TU. Vous pouvez le réécouter en cliquant sur l'image au-dessus de cet article.

La rédaction vous recommande

Liens

Audios et vidéos sur le sujet