Comment faire échec à la tricherie scolaire ? | Arbre à palabre | DW | 07.07.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Comment faire échec à la tricherie scolaire ?

La tricherie est une pratique ancienne très répandue dans le milieu scolaire et universitaire. Les causes de cette pratique et les motivations des tricheurs sont nombreuses et diverses.

La tricherie est  définie comme étant le fait d’enfreindre certaines règles ou certaines conventions explicites (ou d’usage) en refusant de les respecter pour obtenir un avantage indu. On peut tricher au jeu, dans le sport, à un examen (antisèches, copier sur le voisin ), sur Internet, etc.

Il est de notoriété publique que des élèves et des étudiants se font traiter leurs devoirs par des tierces personnes à l’extérieur des salles de classe. Certains d’entre eux s’adonnent aussi au plagiat.

Aussi, au cours des différents examens, des élèves et étudiants trichent afin d’espérer avoir de bonnes notes et passer en classe supérieure. Cette pratique est observée au cours des devoirs surveillés et lors des examens de passage au Collège ou des diplômes nationaux (brevet des collèges et baccalauréat).

Si cette pratique est souvent le fait des étudiants et élèves eux-mêmes, certains enseignants et parents en sont aussi les principaux instigateurs. Au fil du temps, les techniques de tricherie et de fraude se sont perfectionnées et modernisées.

Comment limiter/mettre fin aux fraudes, à la tricherie dans les milieux d’enseignement ?

C’est la problématique de notre débat, sous l’Arbre à Palabre avec nos invités :

Joseph Vincent Ntuda Ebodé, ancien vice-doyen de l'Université de Yaoundé II-Soa et Directeur du Centre de Recherche d’Etudes Politiques et Stratégiques de l’Université de Yaoundé II. 

- Thierno Thioune, Maître de conférences titulaire à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) et  Directeur du Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) à l’Université Cheick Anta Diop de Dakar (UCAD).

- Évariste Ngarlem Toldé, politologue, enseignant-chercheur à l’Université de N’Djaména.

-Alpha Amadou Bano Barry, sociologue et enseignant-chercheur à l’Université de Conakry. Il a été conseiller chargé de l'enseignement supérieur à la présidence de la République de Guinée, puis ministre de l'Éducation nationale et de l'alphabétisation (MENA).

Cliquez sur l’audio (tout en haut) pour écouter l’intégralité du débat.